BFM Business

La croissance irlandaise repart en trombe au premier trimestre

L'Irlande a affiché une croissance de 2,7% au premier trimestre 2014.

L'Irlande a affiché une croissance de 2,7% au premier trimestre 2014. - -

Six mois après sa sortie du plan d'aide, le pays a affiché un net rebond, ce jeudi 3 juillet, en annonçant une croissance de 2,7% sur les trois premiers mois de l'année 2014.

L'Irlande va mieux. Six mois après sa sortie du plan d'aide, le pays a enregistré une croissance de 2,7% au premier trimestre par rapport au quatrième trimestre de 2013, signe de son rebond. C'est ce qu'a annoncé, jeudi 3 juillet, l'Office central des statistiques (CSO).

Le CSO a par ailleurs révisé le chiffre de 2013, la République d'Irlande ayant finalement connu une croissance de 0,2% contre une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 0,3% annoncée mi-mars.

Cette révision est la conséquence d'une très forte réévaluation de la contraction du PIB au quatrième trimestre à -0,1% contre -2,3%. Très volatils, les chiffres de la croissance irlandaise sont souvent fortement révisés d'un trimestre à l'autre.

Les chiffres publiés jeudi sont "fondés sur des données plus complètes et à jour que celles disponibles lorsque les chiffres du quatrième trimestre ont été publiés en mars", a noté le CSO.

Le PNB en progression

Le produit national brut (PNB), plus représentatif de la solidité de l'économie irlandaise car il ne tient pas compte de l'activité des nombreuses multinationales installées sur l'île (bien souvent pour des raisons fiscales), a enregistré de son côté une progression de 0,5% au premier trimestre.

Pour rappel, l'Irlande est devenue mi-décembre le premier pays de la zone euro sous assistance financière à s'affranchir de l'aide de ses partenaires et à retrouver son indépendance économique et financière.

Au bord du gouffre après l'implosion de la bulle immobilière et le sauvetage de ses banques qui avaient fait exploser son déficit public, l'ex-"tigre celtique" avait été contraint fin 2010 d'appeler à la rescousse ses partenaires européens et le FMI. Le pays avait alors obtenu un plan de sauvetage sur trois ans de 85 milliards d'euros en échange de la mise en oeuvre d'une douloureuse cure d'austérité.

Y. D .avec AFP