BFM Business

La crise du coronavirus "va accélérer le processus" de relocalisations, estime Thierry Breton

Le commissaire européen au Marché Intérieur souligne sur BFM Business que l'épidémie de coronavirus ne signe pas la fin de la mondialisation. Mais elle va bien entraîner une accélération de certaines relocalisations.

L'épidémie de coronavirus en Chine a mis en exergue la dépendance de l'Europe et du monde à la Chine, qu'il s'agisse de construction automobile ou de fabrication de principes actifs pour les médicaments. Alors que les chaînes d'approvisionnement ont été rompues, de plus en plus de voix s'élèvent pour inciter les pays européens à relocaliser les productions de biens stratégiques.

Un avis en partie partagé par Thierry Breton, le commissaire européen en charge du Marché intérieur. "Oui je l'avait dit (...) lorsque j'ai présenté la politique industrielle européenne. On est dans cette phase, dans ce nouveau cycle. (...) Donc oui ça va sans doute un peu accélérer ce processus mais ce n'est absolument pas la fin de la mondialisation", explique-t-il sur BFM Business.

Et d'ajouter: "on redistribuera un peu les cartes, on va sans doute mieux aujourd'hui contrôler ces chaînes d'approvisionnement, c'était engagé avant. Et donc je pense qu'effectivement c'est cette nouvelle période qui s'ouvrira mais la Commission et l'Europe a annoncé sa feuille de route de façon très claire: dès que la crise sera derrière nous, on la mettra en oeuvre".

Olivier Chicheportiche