BFM Business

La Chine propose aux États-Unis d'acheter 70 milliards de dollars de biens américains

Pour pousser les États-Unis à renoncer à leur volonté d'infliger 50 milliards de dollars de tarifs douaniers sur les importations chinoises, Pékin aurait proposé à Washington d'augmenter de 70 milliards ses achats à l'industrie américaines.

La Chine a proposé d'acheter près de 70 milliards de dollars de biens américains supplémentaires à condition que l'administration Trump abandonne sa menace de tarifs douaniers sur 50 milliards de dollars de marchandises chinoises, a confirmé mercredi un responsable de l'administration Trump.

Cette proposition a été faite lors de la troisième session de discussions le week-end dernier à Pékin entre des hauts responsables chinois, emmenés par Liu He le conseiller économique du président Xi Jinping et une délégation américaine conduite par le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, avait révélé mardi le Wall Street Journal.

Ces acquisitions incluent des achats supplémentaires de soja, de gaz naturel, de pétrole brut et de charbon, a également confirmé le responsable.

375 milliards de dollars de déficit commercial

"Aucun accord définitif n'a été signé par les deux parties. Nous n'avons pas plus d'information pour l'instant", a déclaré mercredi un porte-parole du Commerce.

En 2017, les exportations de marchandises américaines vers la Chine ont représenté 130,36 milliards de dollars, selon les statistiques du département du commerce. 70 milliards supplémentaires représenteraient ainsi un bond de plus de 53,8%.

Le déficit commercial américain pour les seules marchandises était de plus de 375 milliards de dollars en 2017. La Maison Blanche exige de Pékin de le réduire de 200 milliards mais la Chine s'y est jusqu'à présent refusé.

"Si les États-Unis introduisent des sanctions commerciales, y compris en relevant leurs droits de douane, alors tous les fruits des négociations commerciales et économiques (entre les deux puissances) deviendront sans effet", avait déjà menacé dimanche l'agence étatique Chine Nouvelle lors de la visite de Wilbur Ross.

Selon le Wall Street Journal, Liu He a fait savoir au secrétaire américain que cette proposition d'achats supplémentaires serait nulle et non avenue si Washington poursuivait son projet d'imposer des tarifs sur 50 milliards de marchandises.

Or la semaine dernière, l'administration Trump avait dévoilé qu'elle préparait toujours des mesures punitives contre la Chine, en dépit de la trêve annoncée le 19 mai par les deux pays.

N.G. avec AFP