BFM Business

L'UE et l'Inde relancent leurs négociations pour un accord de libre-échange

Le président du Conseil européen Charles Michel fait une déclaration à la presse, le 8 mai 2021 à Porto, au Portugal

Le président du Conseil européen Charles Michel fait une déclaration à la presse, le 8 mai 2021 à Porto, au Portugal - VIOLETA SANTOS MOURA © 2019 AFP

Suspendues en 2013, ces négociations doivent mener à un "accord commercial équilibré, ambitieux, global et mutuellement bénéfique".

L'UE et l'Inde ont décidé samedi de reprendre les négociations sur un accord commercial, a annoncé le président du Conseil européen Charles Michel, à l'issue d'un sommet en visio-conférence avec le Premier ministre indien Narendra Modi.

"Je suis heureux d'annoncer que l'UE et l'Inde ouvrent un nouveau chapitre important de leurs relations (...) Nous sommes convenus de lancer des négociations et des accords sur le commerce, la protection des investissements et les indications géographiques", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse.

"Nous sommes convenus également de reprendre le dialogue sur les droits de l'homme après huit années", a-t-il souligné. "Ce sujet est au coeur de l'engagement de l'UE vis à vis de l'Inde", a insisté Charles Michel.

"Ce sommet est un succès"

L'accord conclu samedi avec le premier ministre indien permet de "reprendre la négociation lancée en 2007 sur un accord de libre échange, suspendue en 2013", a précisé la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

"Ce sommet est un succès", s'est félicité le Premier ministre portugais Antonio Costa. "Le sommet s'est tenu entre les dirigeants des 27 pays de l'UE et le Premier ministre indien, et c'est très important au moment où l'Inde vit une situation dramatique", a-t-il souligné, faisant référence aux nombreuses victimes de la pandémie dans ce pays.

"Nous sommes convenus de reprendre les négociations en vue de la conclusion d'un accord commercial équilibré, ambitieux, global et mutuellement bénéfique, qui répondrait aux défis actuels", affirme la déclaration conjointe adoptée lors du sommet.

"Il est impératif de trouver des solutions aux problèmes d'accès aux marchés qui se posent depuis longtemps", précise la déclaration, qui annonce aussi le "lancement de négociations sur un accord autonome de protection des investissements".

T.L avec AFP