BFM Business

L'économie chinoise au ralenti

Le FMI a abaissé sa prévision de croissance pour la Chine de 8 à "environ 7,75%".

Le FMI a abaissé sa prévision de croissance pour la Chine de 8 à "environ 7,75%". - -

La Chine a publié, dimanche 9 juin, une batterie d'indicateurs économiques jugés décevants. Pour les experts, ces mauvais chiffrent écartent l'espoir de voir la croissance du pays rebondir cette année.

La Chine ne s'apprête pas à opérer le rebond tant espéré par les marchés. Ce dimanche 9 juin, le pays a publié de nouveaux indicateurs industriels jugés décevants par les experts, qui commencent à douter d'un rebond de la croissance dans la deuxième économie mondiale.

La hausse de la production industrielle s'est ainsi établie en mai à 9,2% sur un an, contre 9,3% en avril, a rapporté le Bureau national des statistiques (BNS).

Les ventes de détail ont elles augmenté de 12,9% le mois dernier, tandis que les investissements en capital fixe ont enregistré une hausse de 20,4% sur la période janvier-mai, a précisé le BNS.

"Ces chiffres jettent un doute sur le consensus selon lequel la croissance va rebondir cette année", a commenté Zhang Zhiwei, du groupe de services financiers Nomura.

Ces nouveaux indicateurs "viennent confirmer que l'économie (chinoise) s'enlise à nouveau dans une stagnation de sa croissance, après un bref rebond", a de son côté estimé Ren Xianfang, économiste de l'institut IHS Global Insight.

La Chine face aux difficultés

Ces indicateurs concernant l'économie chinoise ont été rendus publics dans un contexte qui était déjà de relative morosité. Samedi 8 juin, les douanes chinoises ont ainsi publié leurs dernières statistiques sur les importations et les exportations de la Chine, des résultats bien inférieurs aux attentes des analystes.

Dans des entretiens samedi avec des responsables chinois, le Premier ministre Li Keqiang a reconnu que la Chine faisait face à des difficultés et qu'il lui fallait maintenir une politique macro-économique "stable", a indiqué l'agence de presse Chine nouvelle.

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé le mois dernier abaisser de 8% à "environ 7,75%" sa prévision de croissance pour la Chine en 2013.

Pas de grosse réactions prévues sur les marchés

Le gouvernement chinois a fixé un objectif limite de 3,5% d'inflation en 2013. En 2012, l'inflation en Chine était tombée à 2,6%, contre 5,4% l'année précédente, tandis que la croissance avait diminué, passant dans le même temps de 9,3% en 2011 à 7,8% l'an dernier.

La production manufacturière en Chine s'est contractée en mai pour la première fois depuis sept mois, et bien plus que prévu, a annoncé le 23 mai dernier la banque HSBC. Ce qui avait fait plongé la Bourse de Tokyo de plus de 7% entraînant dans son sillage l'ensemble des bourses européennes. Le CAC40 avait ainsi chuté de plus de 2%.

Les indicateurs publiés durant le week-end par Pékin ne devraient toutefois pas entraîner de réactions trop marquées dans les places boursières, car ils "correspondent globalement aux anticipations des marchés", a tempéré Lu Ting, économiste basé à Hong Kong pour Bank of America-Merrill Lynch.

A LIRE AUSSI
>> La croissance chinoise ralentit pour mieux repartir?

J.M. avec AFP