BFM Business

Japon: sous pression, les entreprises augmentent les salaires

Shinzo Abe avait mis la pression sur les grands groupes japonais pour qu'ils octroient des hausses de salaires.

Shinzo Abe avait mis la pression sur les grands groupes japonais pour qu'ils octroient des hausses de salaires. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Les grands groupes nippons ont décidé d'accorder d'importantes hausses de salaires à leurs employés. Le gouvernement de Shinzo Abe a largement poussé en ce sens, pour créer une "spirale vertueuse".

Toyota, Hitachi, Nissan, Panasonic.., les grands groupes ont cédé à la pression gouvernementale. Ces sociétés ont, pour la première fois depuis des années, accordé des augmentations à leurs employés.

Les grands groupes comme les PME ont accordé des augmentations qui ont dépassé les 2%, selon Hisashi Yamada, économiste de l'Institut de recherche du Japon.

Une petite victoire pour le Premier ministre Shinzo Abe, qui a poussé les sociétés nippones en ce sens, de sorte à ce que celles-ci soutiennent sa politique gouvernementale. Le chef du gouvernement nippon vise, en effet, à revenir vers une inflation de 2%, après des années de déflation, et à une croissance plus forte. L'exécutif nippon espère ainsi empêcher la consommation des ménages de reculer.

Une offensive aux effets limités?

"Nous prendrons des mesures à propos des entreprises qui ne coopéront pas à notre politique visant à créer un cercle économique vertueux", a prévenu le ministre de la Revitalisation économique, Akira Amari, en évoquant les négociations salariales annuelles.

Toutefois, cette "offensive de printemps" des grands groupes sur les salaires risque d'avoir une portée limitée: une large majorité des salariés du pays travaillent pour des sociétés de plus petite taille qui n'ont guère profité pour l'instant des "Abenomics", c'est-à-dire des politiques de soutien à l'activité et de dépréciation du yen initiées par le gouvernement Abe.

De plus, ces augmentations ne couvriront pas la hausse de trois points de la TVA prévue le 1er avril même si certaines grandes entreprises ont également accordé de gros bonus, donnant à leurs employés un peu d'avance sur la hausse des prix à prévoir.

J.M. avec agences