BFM Business

Japon: la consommation poursuit sa chute

Les Japonais ont anticipé la hausse de la TVA en effectuant leur achats plus tôt que prévu.

Les Japonais ont anticipé la hausse de la TVA en effectuant leur achats plus tôt que prévu. - -

La consommation des ménages japonais a chuté de 8% en mai sur un an, subissant le contrecoup de la hausse des taxes instaurée en avril. Mais cela ne reflète pas nécessairement une dégradation générale de l'état du pays.

La consommation japonaise victime de la hausse la TVA. Le ministère des Affaires intérieures des chiffres a annoncé, ce vendredi 27 juin, une chute de -8% en mai sur un an, alors que les économistes prédisaient -2%.

Les ventes au détail n'ont décliné que de 0,4% en mai sur un an, contre plus de 4% en avril.

L'explication se trouve dans les arbitrages. Dans les mois précédant l'augmentation de 5 à 8% de la taxe à la consommation, fixée au 1er avril, les acheteurs s'étaient rués dans les boutiques.

A contrario, en avril et mai, ils ont en partie vécu sur leurs stocks les premières semaines et n'ont pas ou peu investi dans des biens durables ou semi-durables pas plus que dans les travaux de rénovation de leurs logements, tout en réduisant les dépenses moins indispensables afin de privilégier le reste.

Et pour cause: du fait de cette hausse de taxe, les prix à la consommation, hors ceux des produits périssables, ont bondi de 3,4% en mai sur un an, du jamais vu en 32 ans.

Si le Japon n'a pas encore officiellement annoncé la fin de la déflation qui a sévi pendant une quinzaine d'années, les tarifs ont quand même recommencé à grimper nettement depuis l'an passé: +1,3% entre décembre 2013 et mars 2014.

Le plus bas taux de chômage depuis 17 ans

Au-delà des oscillations brutales liées à la hausse de taxe, l'important sera de voir si la troisième puissance économique mondiale sera capable d'augmenter la demande intérieure dans les prochain mois, sans seulement compter sur l'aide des pouvoirs publics.

Pour cela, estiment les économistes, il n'y pas de mystère, il faut que les revenus augmentent. C'est un enjeu de taille pour la politique de relance "Abenomics" du Premier ministre de droite Shinzo Abe qui a promis au patronat une baisse des impôts sur les bénéfices des sociétés en échange d'une plus grande générosité salariale.

Si ces appels du pied ne sauraient suffire, un autre élément va dans le bon sens: l'embellie sur le marché de l'emploi. En mai, le chômage est tombé à 3,5% de la population active, un record de faiblesse depuis décembre 1997.

Certains secteurs, comme celui du bâtiment, ont besoin de main-d'œuvre, du fait de la demande liée à la reconstruction après la catastrophe du nord-est en 2011 et avant les jeux Olympiques à Tokyo en 2020. La demande de personnels est également dans le secteur des soins à la personne du fait d'une population âgée en forte croissance.

C.C. avec AFP