BFM Business

Commerce: la Chine et les États-Unis négocient en secret

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin (g.) et le représentant au Commerce Robert Lighthizer (d.), aux côtés de Donald Trump.

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin (g.) et le représentant au Commerce Robert Lighthizer (d.), aux côtés de Donald Trump. - Mandel Ngan - AFP

Après plusieurs jours de tension et la menace d'une guerre commerciale, les deux premières puissances mondiales négocient en coulisse pour améliorer l'accès des entreprises américaines au marché chinois.

La Chine et les États-Unis ont engagé des négociations en coulisse pour améliorer l'accès des entreprises américaines au marché intérieur chinois, rapporte dimanche le Wall Street Journal.

Ces discussions interviennent après des jours de tensions ayant avivé le spectre d'une guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales. Elles portent sur différents secteurs dont l'industrie manufacturière et les services financiers, affirme le quotidien des milieux d'affaires américains citant des sources anonymes.

Les négociations sont menées par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le représentant au Commerce Robert Lighthizer côté américain et par Liu He, le "tsar" de l'économie en Chine.

Mnuchin pourrait jouer les VRP à Pékin

Steven Mnuchin et Robert Lighthizer ont envoyé une lettre la semaine dernière à Liu He dans laquelle ils demandent à Pékin de réduire les taxes imposées aux voitures américaines, d'acheter davantage des semi-conducteurs américains et de permettre un grand accès du secteur financier chinois aux entreprises américaines.

Steven Mnuchin envisage par ailleurs d'effectuer un voyage à Pékin pour mener à bien ces négociations, affirme encore le Wall Street Journal.

Donald Trump a annoncé jeudi dernier que les États-Unis imposeraient de nouvelles taxes sur quelque 60 milliards de dollars d'importations chinoises, une nouvelle qui a secoué les marchés financiers. Dès le lendemain, la Chine a répliqué en dévoilant une liste de 128 produits sur lesquels elle appliquera des droits des douanes de 15% à 25% en cas d'échec des négociations entre les deux pays. Au total, ces nouvelles taxes pourraient porter sur 3 milliards de dollars d'importations chinoises.

Y.D. avec AFP