BFM Business

Cigares: une fin de l'embargo sur Cuba pourrait priver les Français de Havane

Les fabriques de cigares cubaines sont un des pôles touristiques de l'île.

Les fabriques de cigares cubaines sont un des pôles touristiques de l'île. - Aldaberto Roque - AFP

Les voyageurs américains pourront désormais rapporter jusqu'à cent dollars de cigares cubains, a annoncé le gouvernement américain mercredi. Mais une levée totale de l'embargo pourrait signer la fin des exportations vers la France.

Et si les amateurs français de cigare devaient dire adieu à la production cubaine? Les cigares de la Havane sont particulièrement populaires en France, mais si l'embargo des Etats-Unis sur Cuba était levé, comme le demande Raul Castro, le marché américain pourrait faire grimper les prix en Europe, jusqu'à étouffer le marché français. "Un cigare vendu 12 euros en France vaudrait 20 euros", prévient Xavier Velasco, du tabac Le Diplomate, à Lyon.

La question du retour des cigares cubains est en tout cas cruciale pour les fumeurs américains et les journalistes de Washington, qui ont pris soin de poser deux fois la question lors de la conférence de presse gouvernementale.

L'embargo est toujours en place pour l'instant

Pour l'instant, le commerce est toujours interdit, et les visiteurs venus des Etats-Unis peuvent uniquement rapporter avec eux pour cent dollars de cigares ou de rhum cubains, avec interdiction formelle de les revendre. 

"Cela représente une dizaine de bons cigares", estime Cyrille Geiger, propriétaire de la Civette Elysée Washington, un magasin de cigares parisien. Pas de quoi écouler la production cubaine, donc.

"Un risque de baisse d'approvisionnement"

Mais si l'embargo américain était levé, "le marché américain pourrait absorber le double de la production cubaine, prévient Xavier Velasco, du tabac Le Diplomate.

Les vendeurs de cigare, qui connaissent souvent bien Cuba, sont les premiers à se réjouir d'envisager une fin de l'embargo. "C'est une excellente nouvelle pour les Cubains, qui ont des conditions de vie très difficile", tient à rappeler Cyrille Geiger. "Mais il y a un risque d'une baisse de qualité ou d'approvisionnement".

"Un facteur fruit défendu" en faveur du cigare cubain

Jusqu'à présent, les amateurs américains fumaient des cigares venus du Nicaragua ou de République Dominicaine, où de nombreux cultivateurs cubains ont fui la dictature.

La fuite des talents a-t-elle fait perdre de son attrait au cigare cubain? "Si les Etats-Unis ouvrent complètement le marché, il sera intéressant de voir ce que ça fera à la mystique du cigare cubain", a déclaré Anthony Welsch, du site cigarscity.com, au Washington Post. "Il y a un facteur "fruit défendu"", estime-t-il.

"Un terroir unique"

Les vendeurs français, qui ont toujours eu accès aux Havane, reconnaissent les talents techniques des productions d'autres pays, mais soulignent l'importance du terrain. "Il reste un terroir cubain, une terre unique. On peut faire du mousseux partout, mais pour faire du champagne, il n'y a qu'une seule terre", tranche Xavier Velasco.

Pourtant, c'est bien vers ces pays que les consommateurs français devraient se tourner, en cas de levée de l'embargo. A condition que le rapprochement se poursuive: Barack Obama doit encore convaincre le Congrès américain, passé sous le contrôle des Républicains, du bien-fondé de la manœuvre.

Joseph SOTINEL