Il y a bien un lien de subordination entre un livreur à vélo et la plateforme qui le fait travailler

La Cour de cassation établit que la géolocalisation permettant à l'entreprise de suivre en temps réel la position du coursier, ainsi que l'existence d'un pouvoir de sanction, ne permettent pas d'"écarter la qualification de contrat de travail".
 

La Cour de cassation établit pour la première fois un lien de subordination entre une plateforme internet - l'ex-société de livraison de repas Take Eat Easy - et l'un de ses coursiers à vélo, auto-entrepreneur. En cause, la géolocalisation du livreur et le pouvoir de sanction du site à son égard.

Votre opinion

Postez un commentaire