BFM Business

Ikea confronté à des ruptures de stocks inédites et préoccupantes

Un magasin Ikea près de Bordeaux.

Un magasin Ikea près de Bordeaux. - AFP

Depuis quelques semaines, le géant suédois de l'ameublement n'est plus en mesure de satisfaire l'intégralité des intentions d'achats de ses clients. La crise du Covid a en effet chamboulé sa chaîne d'approvisionnement.

Corbeille à courrier Kvissle, étagère à chaussures Tjusig, chaise de bureau Markus, canapé Friheten, canapé Hovag et même certaines étagère Kallax... Si vous avez prévu d'acheter prochainement un de ces produits chez Ikea, vous allez certainement être déçu. Ces références et bien d'autres encore sont en effet annoncées en rupture de stock dans la plupart des 34 magasins que compte l'enseigne en France ainsi que sur son site de vente.

Des manques qui interpellent les clients de l'enseigne depuis quelques semaines.

Ikea tente de répondre aux clients déçus mais reste vague sur un éventuel retour à la normale.

Joints par BFM Business, certains magasins communiquent la date du 6 janvier pour un retour de certaines références manquantes comme les tablettes d'armoire ou certains matelas.

Une situation inédite pour le numéro 1 mondial de l'ameublement qui reconnaît qu'environ 10% des références de produits sont manquantes dans les stocks. Et cette pénurie ne concerne pas que la France.

"Comme de nombreux détaillants, nous rencontrons des défis permanents avec nos chaînes d'approvisionnement en raison du Covid et des pénuries de main-d'œuvre, le transport, les matières premières et l'approvisionnement étant tous touchés, a reconnu un porte-parole du groupe au Royaume-Uni à l'agence Reuters. De plus, nous constatons une demande accrue des clients car de plus en plus de personnes passent plus de temps à la maison. En conséquence, nous connaissons une faible disponibilité dans certaines de nos gammes, y compris les matelas."

Peur d'un effet de panique

Production amputée par la crise sanitaire, demande d'équipement très soutenue de la part des ménages qui sont restés des semaines durant confinés à la maison... Autant d'explications aux goulots d'étranglement dont pâtit sa chaîne d'approvisionnement. A cela, il faut ajouter des aléas divers comme le blocage pendant plusieurs semaines du navire Ever Given dans le canal de Suez qui contenait 110 conteneurs du géant suédois de l'ameublement.

La Chine reste le premier fournisseur d'Ikea dans le monde notamment pour les produits en métal. La Pologne étant le deuxième fournisseur du groupe suédois. La moitié des meubles en bois par exemple sont produits dans l'un des vingt usines Ikea Industry que compte ce pays.

Contacté, Ikea France n'a pas souhité commenter ces pénuries. Les enseignes rechignent à évoquer ouvertement ces sujets de peur de créer un effet de panique qui accentuerait davantage le phénomène.

Reste qu'après les pénuries de puces dans l'automobile qui rallongent les délais de livraison, c'est l'ensemble des secteurs de la consommation qui sont menacés. Dans le jouet, les stocks pour Noël arrivent au compte-goutte et dans les magasins de bricolage ou de meuble on fait face à une pénurie de bois, de pièces en acier et de plâtre.

Les délais de livraison de produits se sont allongés de plusieurs mois et les enseignes préfèrent se concentrer sur les produits qui se vendent le plus.

La chaîne d'ameublement espère un retour rapide à la normale mais elle ne se montre guère optimiste.

"Nous espérons que cela diminuera à mesure que la situation s'améliorera dans les semaines et les mois à venir, explique le porte-parole du groupe. À l'avenir, nous recherchons constamment plus d'opportunités pour garantir la disponibilité des produits pour nos clients et nous nous excusons pour tout inconvénient que cela pourrait causer."
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco