BFM Business

L'immobilier de prestige ne connaît pas la crise

-

- - -

Dans le sillage de Paris et de certains hauts lieux touristiques, le marché du luxe a connu une année 2018 record depuis 7 ans.

Un contexte économique favorable

Les taux d'intérêts bas, la suppression de l'ISF remplacé par l'IFI, la création de la Flat Tax (taux de prélèvement unique à 30% sur les revenus de l'épargne), les incertitudes liées au Brexit sont autant de facteurs qui permettent à l'hexagone de bénéficier d'un regain de confiance et de compétitivité qui rassure les investisseurs.

L'organisation des JO en 2024, les projets du Grand Paris, la mise en service de la ligne LGV Paris Bordeaux contribuent également à attirer des investisseurs résidents ou non.

2018 une année record... 2019 année de stabilisation

Tiré par Paris, le marché du luxe a connu une année 2018 record depuis 7 ans. Ce marché concerne les biens d'un prix supérieur à 700 000€. Le retour des acheteurs étrangers qui représentent près de 14 % du volume de ventes en est la preuve. Les réseaux spécialisés sur le segment du luxe annoncent un prix de vente moyen à 1,3 million d'euros et une hausse du volume de vente de plus de 30% par rapport à 2017 qui fut déjà une année dynamique. Selon les agences spécialisés, l'activité devrait continuer à être soutenue en 2019 mais avec un ralentissement dus à la remontée progressive des taux bancaires.

Paris toujours plus haut

Paris reste une valeur refuge pour les investisseurs car les prix pratiqués y sont toujours plus compétitifs qu'a New York, Londres, ou encore Honk-Kong. La capitale est classée au 7eme rang du marché de l'immobilier de prestige. Les investisseurs plébiscitent des pieds à terre de 40 à 60m² dans le cœur historique de la capitale ou encore des appartements familiaux.

Avec une moyenne constatée à 10 000€ du m² les biens de prestige à Paris se négocient aux alentours de 20 000 €m² avec de grandes disparités suivant le quartier et l'arrondissement.

Les progressions affichées dans les 9 premiers arrondissements de Paris ainsi que le 16eme sont les plus importantes. Le 1er arrondissement a, par exemple, vu ses prix progresser de 25% ces 5 dernières années. Des bien situés dans l'avenue Georges V se vendent à 25 000 €. 

Les prix dans certaines stations s'envolent plus particulièrement à Val d'Isère ou encore Courchevel avec des prix de vente avoisinant les 20 000 € / m². A 10 000 € /m², on retrouve des stations comme Megève, Chamonix. Un peu plus accessible Morzine et Tignes avec des prix oscillant entre 7 500 € et 10 000 €

Profils des acquéreurs et leurs projets

Les acquéreurs sont majoritairement français et ont plus de 50 ans mais il faut signaler un rajeunissement car la part des 35 - 45 ans serait en augmentation. Souhait premier des acquéreurs, acheter une résidence principale puis une résidence secondaire. Ils résident majoritairement en Ile de France ou dans le Sud Est

Cédric BRACHET