BFM Business

Isabelle Kocher poursuit la transformation d’Engie

-

- - -

Benoît Potier qui remet le BFM Award du manager de l’année à Isabelle Kocher. Le patron d’Air Liquide qui félicite la dirigeante d’Engie. Le lauréat 2016 qui passe le flambeau au lauréat 2017. Ce fut l’un des moments forts de la soirée des BFM Awards qui réunissait le 6 novembre 2017 pour la treizième année un parterre de prestige composés de grands patrons français. Tous présents pour célébrer l’une des leurs qui a la difficile tâche de mener Engie vers une nouvelle croissance.

A la tête de ce géant de l’énergie depuis 2016, Isabelle Kocher transforme, remanie tant en interne que sur le secteur de l’énergie en plein bouleversement. Avec un style très personnel, mêlant fermeté et enthousiasme, Isabelle Kocher relève des défis technologiques, industriels mais aussi environnementaux et financiers. « Il nous faut développer plus vite que d’autres des technologies qui sont celles qui vont apparaître progressivement », a-t-elle martelé au cours de la soirée des BFM Awards. Insistant également sur les qualités d’un dirigeant aujourd’hui qui doit parvenir à jongler avec des horizons de temps différents. Et le moins que l’on puisse dire est qu’en 8 mois, beaucoup de choses ont changé. La Dg du groupe a déjà cédé près de 4 milliards d’euros d’actifs pour accompagner la transformation du groupe et adapter sa stratégie aux profonds bouleversements du secteur.

Du changement aussi en interne. « L'art du dirigeant est de savoir trouver les bonnes personnes pour l'entourer », soulignait Benoît Potier lors de la soirée. Une remarque qui prenait tout son sens au cours de l’hiver avec l’annonce de l’arrivée de Jean-Pierre Clamadieu au poste de président du Conseil d’administration, en lieu et place de Gérard Mestrallet. Leur tandem est officiellement en fonction. Isabelle Kocher propose une stratégie au conseil et conduit au quotidien l’opérationnel du groupe. Jean-Pierre Clamadieu, supervise de son côté les organes de gouvernance.

Et pour les mois à venir, le duo à la barre va se concentrer sur les trois métiers d’Engie: la gestion de grandes infrastructures énergétiques, la production d'électricité à faible émission de carbone, et des solutions clients qui s'appuient notamment sur le digital et permettent d'optimiser les usages de l'énergie. A l'intérieur de ces trois métiers, qui sont tous en croissance, les deux dirigeants affirment avoir accumulé énormément d'options et un potentiel de développement considérable. Il va falloir maintenant organiser cela et faire des choix pour qu'Engie fasse la différence sur ses marchés, ont-ils récemment précisé dans une interview commune.