BFM Business

Euro 2020: ce que vont gagner les équipes pendant la compétition

L'Euro 2020, décalé d'un an en raison de la pandémie, débute ce vendredi avec une certitude : elle sera, de loin, l'édition la plus lucrative pour les compétiteurs avec une cagnotte de 331 millions d'euros à se partager entre les équipes.

Le foot, une histoire de gros sous? Ça n'a jamais été autant le cas… Selon les chiffres obtenus par l'agence de presse autrichienne APA (et confirmés par l'AFP), les 24 participants à l'Euro 2020 se partageront une somme record: 331 millions d'euros pour ce mois de compétition. C'est plus que la précédente édition (301 millions en 2016) alors même que l'UEFA, organisatrice de la compétition, a dû revoir à la baisse ce montant, initialement prévu à 371 millions d'euros, en raison de la crise sanitaire.

Et entre l'Euro 2000 (76 millions de prize money), remporté par la France et cette nouvelle édition (toujours siglée 2020), l'écart est même considérable : +335%.

8 millions d'euros pour la victoire finale

Dans les détails, le simple fait de faire partie de la compétition permet à chaque équipe nationale de récupérer 9,25 millions d'euros (contre 8 millions pour l'édition précédente), somme qui reviendra aux fédérations de football de chaque pays.

Une victoire en phase de groupe est récompensée d'un million d'euros, tandis que chaque étape du tableau final fait un peu plus gonfler la cagnotte : 1,5 million d'euros pour un 8ème de final, 2,5 millions pour un quart de final, 4 millions pour une demi-finale. Enfin, les finalistes se partagent 13 millions d'euros: 8 millions pour le vainqueur et 5 millions pour le malheureux perdant. En clair, le champion d'Europe pourra gagner jusqu'à 28,25 millions d'euros s'il remporte tous ses matchs, contre 34 millions dans les prévisions d'avant-Covid.

Les droits médias, poule aux oeufs d'or

Si les montants sont un peu plus faibles qu'espérés, ils restent largement au-dessus des précédentes compétitions européennes. Les difficultés à remplir les stades (en raison des jauges de spectateurs imposées) vont forcément diminuer les revenus de la billetterie mais en 2016, ils ne représentaient que 14% des 1,9 milliard de recettes contre 53,5% pour les droits médias selon les chiffres compilés par Sporsora, une organisation interprofessionnelle qui fédère les acteurs des évènements sportifs.

Selon le budget prévisionnel de l'UEFA, réalisé avant la pandémie, la compétition 2020 devait ramener 2,45 milliards d'euros de recettes pour l'organisation. Un montant probablement raboté compte tenu des coûts inattendus de la crise.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business