BFM Business

Etats-Unis: à la recherche de 2000 milliards de dollars pour remettre le pays à neuf

Routes défoncées, ponts fragiles, déraillements de train quotidiens… les Etats-Unis ont cruellement besoin d'investir massivement dans les infrastructures. C'est d'ailleurs l'ambition du nouveau président Joe Biden. Reste encore à trouver les fonds nécessaires pour y arriver. 

Sous les rutilants gratte-ciels de de Manhattan, une armée d'ouvriers se bat dans les sous-sols new-yorkais. Ils se battent contre les infiltrations d'eau et les roches qui s'effritent dans un tunnel du Northeast Corridor, la ligne ferroviaire la plus importante des Etats-Unis, qui relie les grandes villes du nord-est.  

Le tunnel a 110 ans et comme des milliers d'autres dans le pays, il est devenu totalement vétuste.

En réalité, c'est le pays entier qui souffre désormais d'infrastructures hors d'âge. Selon les chiffres officiels, compilés par USA Today, on a compté en moyenne cinq déraillements de trains tous les 100 miles (160 km) pour la période 2015-2019 dans tout le pays, principalement en raison de rails cassés ou de soudures qui lâchent. 

Et le train n'est pas l'unique problème des Etats-Unis: 21,8% des routes sont en mauvais état, 7,6% des ponts doivent être remplacés ou réparés. On pourrait aussi évoquer la situation de certains aéroports majeurs, de réseaux d'électricité ou du traitement de l'eau totalement obsolètes. La crise qu'a traversée le Texas, le mois dernier, privé d'eau potable et d'électricité en raison d'un vague de froid, a d'ailleurs remis le sujet sur la table. Les illustrations du délabrement des infrastructures américaines ne manquent pas.

"Il n'y a tout simplement pas eu, depuis de très nombreuses années, de dépenses suffisantes consacrées aux infrastructures de base du pays" analyse le Peterson Institute. 

Aller plus loin que les infrastructures

Mais pour Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services, le président Joe Biden voit plus loin que leur simple modernisation.  

"Il y a beaucoup de chose à réparer aux Etats-Unis, mais faire une couche de goudron sur Madison Avenue, ce n'est pas à cela que pense Joe Biden: il pense à des infrastructures sur la durée, aux énergies propres, comme les éoliennes, aux transports propres, comme les trains à grande vitesse" explique-t-il sur BFM Business. 

Et le chef d'Etat compte beaucoup sur ce plan. Il a promis, lors de sa conférence de presse la semaine dernière, que les Etats-Unis seront "en mesure d'augmenter de manière significative la productivité, tout en fournissant de très bons emplois." 

Reste à trouver les financements pour ce méga-plan d'investissement: 2000 milliards de dollars ! Pour le financer, Joe Biden, qui annoncera ses arbitrages ce mercredi, devrait augmenter les impôts sur les sociétés et pour les Américains les plus riches du pays (dont les salaires annuels dépassent les 400.000 dollars).

Selon la presse américaine, le président romprait ainsi avec la doctrine utilisateur/payeur afin d'éviter de léser les usagers pour financer le rajeunissement des infrastructures. Le secrétaire aux Transports, Pete Buttigieg, avait d'ailleurs proposé vendredi une taxe au kilomètre, selon ce principe de l'utilisateur payeur, avant de finalement faire machine arrière lundi sur CNN. 

Thomas Leroy Journaliste BFM Business