BFM Business

Village de l’Emploi et Aleph : chacun son rythme d’apprentissage

Une formation dédiée aux métiers de l’informatique pour entrer plus facilement dans la vie active © Village de l’Emploi

Une formation dédiée aux métiers de l’informatique pour entrer plus facilement dans la vie active © Village de l’Emploi - Village de l’Emploi et Aleph : chacun son rythme d’apprentissage

Face à des recruteurs en attente d’un certain niveau d’expérience, les jeunes diplômés se retrouvent souvent désarmés et peinent à trouver du travail. Sur le marché porteur de l’informatique, des programmes privés donnent les clefs aux étudiants pour faciliter leur insertion professionnelle.

Depuis sa création en 1998, Village de l’Emploi accompagne des jeunes aux profils variés pour les préparer à la recherche d’emploi dans le secteur informatique. Ainsi, plus de 5800 jeunes ont trouvé un poste dès leur sortie de la formation, et accélèrent l’évolution de leur carrière. Rencontre avec Mathieu Sbaï, auteur des programmes enseignés au Village de l’Emploi et Karim Meftali, directeur pédagogique.

Pourquoi avoir démarré Village de l’Emploi ?

Mathieu Sbaï : J’ai moi-même expérimenté des débuts difficiles en tant qu’informaticien, et j’ai remarqué qu’il était courant, de la part des recruteurs, d’exiger une certaine connaissance du terrain des jeunes diplômés, alors même que ces derniers viennent chercher cette expérience dans leur premier travail. J’ai décidé de briser ce cercle vicieux en mettant au point des programmes courts dédiés au secteur informatique, que je connais bien. A travers Village de l’Emploi, je veux donner, aux nouvelles générations sortant d’études, les moyens de maximiser leurs chances d’être pris pour un poste à la hauteur de leurs envies. Du même coup, cela offre aux employeurs l’opportunité de gagner du temps sur l’apprentissage du métier par les nouveaux venus, et de leur confier des missions avec plus de responsabilités.

Comment s’organise la formation ?

Karim Meftali : Village de l’Emploi a mis au point des programmes courts, qui concentrent l’expérience acquise au cours des premières années de travail en seulement 9 mois de formation. Ils s’adressent à des profils d’informaticiens mais aussi à des étudiants diplômés d’autres secteurs, comme par exemple la finance ou encore la biologie. En effet, nous proposons différents programmes adaptés à chaque profil.

Le socle de base commun à tous les programmes a lieu dans des locaux récents situés à Saint-Ouen : 2000m2 pour se rencontrer, apprendre et s’épanouir, avec un encadrement de qualité assuré par des professionnels du secteur. La formation apporte aux jeunes diplômés ce qu’il leur manque pour entrer dans la vie active : la maîtrise des outils techniques, la capacité de gestion d’un projet, de meilleures connaissances du métier visé et des notions de communication.

En plus de la maîtrise technique, qui est indispensable, l’idée est de développer leur confiance en eux en leur apprenant à mieux s’exprimer, comprendre le jargon métier et échanger avec l’ensemble des interlocuteurs d’un projet informatique. Grâce aux 150 000€ investis chaque mois dans des experts techniques, les étudiants sont mis au courant des technologies présentes sur le marché.

Quels sont les débouchés pour les diplômés ?

Karim Meftali : Village de l’Emploi agit comme un vrai tremplin pour les bénéficiaires de nos programmes : nous leur donnons les armes pour anticiper les attentes des recruteurs, et nous allons au-delà en proposant une embauche à la sortie de la formation. Pour ce faire, nous traitons 200 appels d’offres chaque jour. Nous orientons les jeunes vers une spécialité en fonction de leur profil et de leurs objectifs. En sortant du programme, ils sont directement opérationnels et peuvent prétendre à des postes de niveau confirmé : assistance à maîtrise d’ouvrage et à maîtrise d'œuvre, informatique décisionnelle et statistiques, nouvelles technologies et développement ou data management.

Vous avez également lancé la méthode ALEPH. A qui s’adresse-t-elle ?

Mathieu Sbaï : ALEPH est faite pour tous les enfants, âgés de 2 à 15 ans, qui cherchent une alternative au système scolaire classique afin de pouvoir aller plus vite. La méthode repose sur l’individu : chacun va à son rythme pour apprendre les éléments du programme scolaire. Ceux-ci sont optimisés et ramenés à l’essentiel, afin d’être accessibles aux plus jeunes, car nous avons remarqué qu’il n’y a pas besoin d’atteindre un certain âge pour comprendre la grammaire française, les problèmes mathématiques ou la physique chimie. Ainsi, les enfants peuvent accélérer leur scolarité et en profiter de manière plus sereine et ludique, car nous insistons sur l’encouragement et l’écoute de chaque élève. Hugo Sbaï a été le premier à suivre la méthode, mise au point au sein-même de la famille par mes sœurs, docteures en biologie. Il a sauté 6 classes, a passé son baccalauréat avec succès à seulement 12 ans et a reçu son diplôme de doctorat à 17 ans ! Depuis, d’autres adolescents passés par ALEPH ont prouvé l’efficacité de cette méthode sur-mesure : en 2020, deux élèves ont obtenu leur BAC à 12 et 14 ans.

En quoi les programmes sont-ils complémentaires ?

Mathieu Sbaï : Village de l’Emploi et ALEPH ont été conçus sur une même base et surtout une même ambition : donner les ressources aux inscrits et respecter leur rythme d’apprentissage pour révéler leurs talents. De la maternelle au premier emploi, les programmes sont cohérents et pensés pour valoriser les atouts des élèves, tout en augmentant leurs connaissances. Les deux méthodes ont l’avantage de réduire le nombre d’années consacrées à la scolarité et de préserver la motivation. L’insertion professionnelle et le début de carrière sont également facilités par Village de l’Emploi. Les jeunes ont une plus grande confiance en eux, et toute la vie pour explorer leurs capacités dans le monde professionnel !

Quels sont vos projets ?

Mathieu Sbaï : La méthode Aleph, lancée en 2006, est encore en cours d’élaboration et nous l’affinons au fil des années, en nous appuyant sur l’expérience de nos inscrits. Afin de la rendre accessible au plus grand nombre, nous prévoyons de créer une plateforme d’e-learning accessible à l’international.

En parallèle du développement de ces programmes, je mène également des missions d'audit en tant que consultant AMOA/AMOE à l'international, sur divers projets : participation à la préparation de l'expo 2020 à Dubaï, relocalisation de projets de l'Asie vers l'Europe et gestion de foule dans le contexte des pèlerinages en Arabie Saoudite.

Ce contenu a été réalisé en partenariat avec SCP. La rédaction de BFM Business n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

En partenariat avec SCP