BFM Business

Une start-up américaine crée un forfait pour prendre l'avion en illimité

Prendre autant de vol que l'on veut dans le mois pour 1500 dollars, voilà ce que propose OneGo une start-up américaine

Prendre autant de vol que l'on veut dans le mois pour 1500 dollars, voilà ce que propose OneGo une start-up américaine - Ho-Yeol Ryu - CC

Pour 1.500 dollars par mois, la start-up OneGo propose à ses clients de voyager autant qu'ils le souhaitent sur la côte ouest des Etats-Unis. Une offre qu'elle promet même d'étendre à tout le territoire américain.

Le Netflix de l’avion. Voilà à quoi fait penser le service que vient de lancer OneGo, une start-up américaine basée à Washington. Le concept de OneGo: vous payez un abonnement de 1.500 dollars par mois et vous voyagez en illimité sur la côte ouest des Etat-Unis (Seattle, Portland San Francisco, Los Angeles, Phoenix...) sur les avions d’American Airlines, de Delta, de United Airlines et de Virgin America.

Evidemment il y a quelques contraintes. Les vols doivent être réservés au moins sept jours à l’avance et chaque utilisateur ne peut avoir plus de quatre réservations en cours au même moment. Cet abonnement ne donne pas non plus droit à des services appréciés par les voyageurs d'affaires comme l’enregistrement rapide. Et évidemment, à ce prix là, on voyage en classe économique. Le créateur de OneGo, Paulius Grigas, interrogé par TechCrunch, explique que le service vise principalement les PME dont les salariés peuvent être amenés à voyager très souvent.

Est-ce qu’à 1.500 dollars par mois le service vaut le coût? Pour le savoir nous avons fait une simulation de vol aller-retour Los Angeles-Seattle entre les 8 et 10 juillet prochain sur American Airlines. Cela donne un prix du billet à 270 euros, soit 300 dollars. Pour rentabiliser son abonnement le client donc effectuer au moins cinq voyages de ce type par mois. En revanche, pour la société, l'intérêt est que les clients voyagent le moins possible. Un utilisateur qui réaliserait par exemple 10 voyages par mois ferait perdre beaucoup d'argent à OneGo. Mais Paulius Grigas estime que lissé sur l'ensemble des voyageurs son service peut s'avérer rapidement rentable. A voir.

Testé dans un premier sur la côte ouest, OneGo sera étendu d’ici quelques mois à l’ensemble du territoire américain. Les tarifications devraient être plus élevées si l’offre comprend des vols long-courriers du type New York-Los Angeles.

Frédéric Bianchi