BFM Business

Skymark Airlines va déposer le bilan

Skymark a dû renoncer à des projets de développement international à la suite de l'annulation d’Airbus

Skymark a dû renoncer à des projets de développement international à la suite de l'annulation d’Airbus - YOSHIKAZU TSUNO-AFP

La compagnie aérienne, qui devait initialement devenir le premier client japonais d'Airbus, devrait bientôt être placée en redressement judiciaire. Elle paye notamment la concurrence dans le low cost.

Airbus a eu chaud. En refusant de livrer les six avions A380 à Skymark Airlines –qui aurait ainsi pu devenir son premier client au Japon - l’avionneur européen s’est épargné une série de complications. La compagnie nippone, en proie à des difficultés financières, va en effet déposer le bilan, ont affirmé mercredi le quotidien économique Nikkei et la chaîne publique NHK.

La société, troisième derrière ses aînées ANA Holdings et Japan Airlines (JAL), devrait tenir un conseil d'administration dans la soirée, et soumettre dans la foulée un dossier auprès du tribunal de Tokyo. Elle devrait alors partir en quête d'un "parrain" susceptible de la soutenir pendant la phase de redressement judiciaire, ce qui lui permettrait de continuer à opérer ses vols dans l'attente d'un éventuel repreneur, selon les mêmes sources. JAL avait bénéficié il y a quelques années de telles dispositions.

Négociations avec Airbus

Skymark est dans une mauvaise passe: elle devrait terminer dans le rouge l'année (avril 2014-mars 2015), à cause d'une réduction de voilure. Elle emploie aujourd'hui une trentaine de moyens porteurs sur des lignes intérieures, mais a dû renoncer à des projets de développement international à la suite de l'annulation d’Airbus.

D'après le Nikkei, la compagnie est lestée d'une dette supérieure à 100 milliards de yens (750 millions d'euros au taux de change actuel). Elle est menacée par d'énormes pénalités réclamées par l'avionneur européen (jusqu'à 82 milliards de yens, soit autant que ses recettes annuelles). Les deux entreprises négocient depuis des mois un accord sur un montant. "Sa performance financière s'est dégradée en raison de la concurrence croissance entre compagnies à bas coûts", explique aussi le Nikkei.

Dans ce contexte difficile, Skymark a récemment entamé des négociations avec ANA et JAL afin de nouer un accord de partage de code tripartite. L'objectif: augmenter son taux d'occupation et élargir ses canaux de vente. Cette possibilité pourrait être remise en cause.

Y.D. avec AFP