BFM Business

Royal:"les constructeurs doivent prendre le tournant" des voitures propres

Ségolène Royal assure ne pas faire "de l'écologie punitive"

Ségolène Royal assure ne pas faire "de l'écologie punitive" - Lionel Bonaventure - AFP

La ministre de l'Ecologie, qui annonce dans les colonnes du Parisien un nouveau système de macarons écologiques, appelle les constructeurs automobile à "imaginer l'après-diesel".

Encore une fois les utilisateurs de diesel risquent de faire grise mine. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal annonce ce mardi 2 juin dans les colonnes du Parisien un système de pastille à coller sur le pare-brise du véhicule, qui classe les véhicules selon leur niveau de pollution.

Ces pastilles sont répartis en sept catégories, de "l'électrique" au niveau 6, le plus polluant. Et les trois dernières catégories (niveaux 4, 5 et 6) ne concernent que des véhicules diesel.

Pourtant, Ségolène Royal explique au Parisien que le but de ce système facultatif de certificat "n'est pas de faire de l'écologie punitive en pointant du doigt les propriétaires de véhicules polluant". Mais au contraire "de les inciter à opter pour des véhicules moins polluants. Ils ont tout à gagner", explique-t-elle.

En ce sens, la mesure rejoint la super-prime de 10.000 euros entrée en vigueur le 1er avril pour faciliter l'achat de véhicules électrique. Ce dispositif vise justement à pousser les automobilistes à mettre leur diesel à la casse pour opter pour un véhicule "propre". Environ 1,9 million d'automobilistes sont concernés par ce super-bonus écologique.

"Un message" aux constructeurs

Ségolène Royal y revient justement dans son interview. Interrogée sur ses propositions pour aider les propriétaires de véhicule diesel qui n'ont pas les moyens de changer de voiture, elle rappelle ainsi l'existence de cette prime de 10.000 euros. 

"Entre ces aides, la possibilité de mensualiser l'achat du véhicule chez le concessionnaire et les économies qu'ils feront sur leur plein de carburant, l'électrique est une option très avantageuse", plaide la ministre.

Et Ségolène Royal profite de l'occasion pour envoyer "un message aux constructeurs" automobile. "Ils doivent prendre le tournant des voitures faiblement émettrices. Il faut imaginer l'après diesel", affirme-t-elle.

J.M.