BFM Business

Quelles perspectives pour le voyage d'affaires depuis la France?

Si le trafic aérien de loisir semble repartir avec des touristes rassurés par les progrès de la vaccination, le voyage d'affaires notamment depuis la France pourrait encore rester atone, selon une étude mondiale.

Les compagnies aériennes européennes esquissent un début de sourire. Selon les statistiques d'Eurocontrol, à la mi-juillet, le trafic était revenu à 63% des niveaux de 2019, soit le scénario le plus optimiste établi en juin dernier par l'organisation.

Les progrès de la vaccination rassurent. Selon une étude mondiale sur le sentiment des voyageurs réalisée pour OliverWyman, 56% des Français interrogés considèrent qu'il est "acceptable de voyager maintenant", en hausse de 24 points depuis octobre 2020 contre 32% des répondants au niveau mondial (dont seulement 17% en Grande-Bretagne ou 14% en Chine).

60% des répondants français prévoient ainsi de voyager dans les six prochains mois (13% ont effectué une réservation), mais 44% déclarent qu'ils vont encore attendre que les restrictions soient levées et que le nombre de cas covid baisse.

Plus de la moitié des Français prêts à prendre l'avion

Pour autant, si le voyage de loisir semble repartir, les déplacements d'affaires, quasiment à l'arrêt pendant plus d'un an, ne redécollent pas ou peu et avec de grandes disparités géographiques. Or, les voyageurs business sont au coeur du modèle économique des compagnies aériennes historiques et représentent une part importante de leur chiffre d'affaires. S'ils ne représentent qu'environ 30% des passagers, ils apportent la moitié de leurs revenus à travers la fameuse "classe affaires".

Toujours selon cette étude, sur les prochains mois, le volume de ces voyages devrait encore baisser de 6% depuis la France. En cause, le recours au télétravail qui devrait se maintenir et qui a démontré que de nombreux déplacements pouvaient être remplacés par des réunions virtuelles.

21% des voyageurs français professionnels indiquent que leurs entreprises ont d'ores et déjà resserré leurs politiques de déplacements pros.

Voyages d'affaires: encore -6% en volume en France dans les prochains mois

"L'efficacité perçue du télétravail continue d'augmenter en France comme au niveau global. Ceci entraînera probablement des changements durables dans les méthodes de travail et les politiques d'entreprise, avec un impact sur les voyages d'affaires à plus long terme. 67% des voyageurs d'affaires français estiment que la collaboration à distance a été efficace, soit une hausse de +9 points depuis octobre dernier", peut-on lire.

Au niveau mondial, l'étude prévoit néanmoins "un léger rebond à court terme (+1% en volume), avec toutefois des différences notables entre les pays interrogés. Ce rebond mondial est motivé à la fois par un besoin de reconnexion en interne, et par des objectifs commerciaux à plus long terme".

En effet, les tendances sont dans le vert en Chine (+7%), aux Etats-Unis (+4%), en Australie (+3%) mais dans le rouge depuis la Grande-Bretagne (-3%), l'Allemagne (-2%) et donc la France qui affiche le plus important repli des pays observés.

Les compagnies veulent croire au rebond. "On est des créatures sociales", expliquait il y a un an Scott Kirby, le patron de United Airlines qui dit s'attendre à un retour à la normale en 2024. "Après le 11-Septembre, tout le monde disait que le monde allait changer, que plus personne n'allait voler. Ils avaient tort", a aussi rappelé le PDG de Southwest Airlines, Gary Kelly.

Une fois que la situation se rétablira, il pourrait y avoir au final une réduction de 10% à 20% du nombre de voyages d'affaires, a avancé le patron de Delta, Ed Bastian, en reconnaissant "l'impact" des nouvelles technologies vidéo. Mais ce ne sera jamais "un substitut" aux voyages d'affaires, a-t-il affirmé.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business