BFM Business

PSA : Le rapport Sartorius estime la restructuration inévitable

Le rapport Sartorius dénonce les erreurs de stratégie de PSA.

Le rapport Sartorius dénonce les erreurs de stratégie de PSA. - -

Dans son rapport présenté ce 11 septembre, l’expert mandaté par Bercy dénonce le manque de réflexion d’ensemble de la direction de PSA, qui l’a conduit à faire de graves erreurs stratégiques.Reportage vidéo: Gaëtane Meslin

Mandaté par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, pour analyser précisément la situation de PSA, Emmanuel Sartorius a livré ses conclusions ce matin. Il estime que la restructuration de PSA Peugeot Citroën est inévitable.

"La nécessité, dans son principe, d'un plan de réorganisation des activités industrielles et de réduction des effectifs n'est malheureusement pas contestable", a indiqué Emmanuel Sartorius. PSA a en effet annoncé, à la fin du mois de juillet, la suppression de 8000 postes et la fermeture du site d’Aulnay sous-bois en 2014.

L’expert critique durement la politique menée par le constructeur. Il regrette l’absence de réflexion d’ensemble sur l’avenir des sites. "L'histoire aurait probablement pu être écrite de façon différente si la direction de PSA avait entamé en amont un dialogue transparent avec les partenaires sociaux et les pouvoirs publics", reconnaît-il.

PSA a raté le virage de la mondialisation

II pointe du doigt certaines erreurs stratégiques, notamment la volonté du groupe de mettre en place un outil de production surdimensionné. Il évoque ainsi le cas de l’usine installée à Madrid, qui est un gouffre financier.

Selon lui, PSA a raté le virage de la mondialisation, en privilégiant rachats d'actions et distributions de dividendes aux actionnaires et en tardant à s'internationaliser, à l'inverse de ses deux grands concurrents européens, l'Allemand Volkswagen et le Français Renault.

Une fois dressé cet état des lieux sans concession pour la direction de Peugeot, le rapport indique que "toutes les pistes doivent être explorées, dans le cadre d'un dialogue social exemplaire" pour limiter les réductions d'emploi "strictement à ce qui est nécessaire au redressement du groupe".

BFMbusiness.com et AFP