BFM Business

Pourquoi la vente Duemila Rote ce week-end à Milan est exceptionnelle

Milan accueille vendredi et pour trois jours une vente aux enchères automobile exceptionnelle: 72 Porsche, 43 Ferrari, aucun prix de réserve, des bobsleighs, tous issus d’une seule et même collection privée.

Milan accueille vendredi et pour trois jours une vente aux enchères automobile exceptionnelle: 72 Porsche, 43 Ferrari, aucun prix de réserve, des bobsleighs, tous issus d’une seule et même collection privée. - Simone Caldirola par l’autorisation de RM Sotheby’s

La vente aux enchères Duemila Rote, qui se tient ce week-end à Milan, mêle chronique judiciaire, passion automobile et Guiness des records. Cette vente, la plus importante jamais organisée en Europe, pourrait influencer le marché de la collection pour l’année à venir.

72 Porsche, 43 Ferrari, aucun prix de réserve, des bobsleighs… Le catalogue de la vente Duemila Rote tient plus du Guiness Book des Records que de la bible pour habitués des salles d’enchères. Démesuré, il est à l’image de cette vente de véhicules de collection qui se déroulera sur 3 jours à Milan, à partir de ce vendredi. "C’est la plus grosse vente de tous les temps en Europe", résume Oliver Amelin, spécialiste automobile à la maison de ventes RM Sotheby's, qui mènera les enchères.

817 lots issus d'une même collection

Premier fait exceptionnel, les 817 lots mis à l’encan viennent tous de la même collection, la "collection NES et Compiano". Beaucoup de modèles ont été achetés neufs, d’autres ont été restaurés, avec de nombreux modèles dans leur état d’origine, des numéros de châssis aux teintes de carrosserie.

"Je n’ai jamais vu un tel catalogue, poursuit Oliver Amelin. Nous avons entendu beaucoup de rumeurs, souvent rocambolesques, sur cette collection, mais une chose est sûre: elle a été constituée par un amoureux de l’automobile, très intelligemment, avec des projets cohérents, des restaurations".

La justice en arrière-plan

Au-delà des chiffres, le côté hors normes de la vente Duemila Rote vient du propriétaire des 817 lots. La vente a en effet été ordonnée par la justice, qui a saisi tous les véhicules il y a plus de 3 ans, dans le cadre de l’affaire Luigi Compiano. Ce riche homme d’affaires italien, basé à Trévise, comme son père avant lui, collectionne tout ce qui roule, en pur passionné de mécanique.

La presse italienne évoque au total 30 millions d’euros de biens, parle aussi d’achats compulsifs: trois voitures d’un coup sur un salon, un bateau en sortant d’une course. La passion dévorante se trouve mêlée à des soupçons de détournements de fonds et d’évasion fiscale. En février, Luigi Compiano a été condamné à un an et demi de prison pour avoir soustrait aux impôts italiens 17 millions d’euros. Pour rembourser les dettes, les voitures saisies, qui dormaient dans les parkings d’une douzaine d’immeubles à Venise, sont donc vendues ce week-end. Luigi Compiano a bien tenté de récupérer la collection devant la justice, mais sans succès.

Donner le ton du marché de la collection pour l’année à venir

C’est la troisième raison qui fait de cette vente un moment hors normes. Comme la vente a été ordonnée par la justice, tous les lots sont sans prix de réserve. Cette pratique est moins courante qu’aux États-Unis, et attirera donc beaucoup d’acheteurs, dans l’espoir de repartir avec une bonne affaire, sur les modèles exceptionnels comme cette Maserati MC12 estimée à 1,1 million d’euros (voir photo ci-dessus) ou sur une BMW Z3 M avec seulement 15.000 km au compteur, évaluée à 20.000 euros. Plusieurs dizaines de milliers de clients se sont déjà fait connaître, avec une longue file d’attente dès jeudi matin pour s’inscrire aux enchères. Les experts s’accordent tous sur un point: les prix de cette vente pourraient bien exploser.

"Cette vente donnera le ton du marché l’année prochaine, prédit un expert d’une autre maison de ventes. Quand une vingtaine de Jaguar Type-E sont vendues en une seule fois, cela impacte les cours". Contrairement aux ventes via un garage ou entre particuliers, les résultats des enchères sont en effet publics et influencent forcément l’ensemble des prix fixés par ailleurs.

"Aucun modèle ne devrait battre de record sur cette vente, car seules quelques voitures sont estimées à plus d’un million d’euros, tempère Oliver Amelin. Mais en volume, cette vente est énorme, compte tenu des quantités". Une mise en jambes avant les ventes françaises de début d'année, au salon Rétromobile.

Pauline Ducamp