BFM Business

Pour Clotilde Delbos, Renault paie le prix de la course aux volumes de l'ère Ghosn

La directrice générale du constructeur au losange souligne que la politique du volume a clairement participé aux difficultés actuelles de Renault.

La crise actuelle liée au coronavirus a évidemment fortement pesé sur l'activité de Renault mais pour Clotilde Delbos, sa directrice générale par intérim, les lourdes difficultés du constructeur (débouchant sur un plan d'économies de 2 milliards d'euros) sont aussi et surtout le résultat d'une stratégie passée qui n'a pas donné les résultats escomptés.

Lors d'une conférence de presse ce vendredi, la responsable explique: "le ralentissement du marché automobile ajouté aux réglementations croissantes de ces trois dernières années a contribué à la baisse de la performance de Renault, la crise Covid n'a fait qu'aggraver des difficultés déjà existantes".

Et d'asséner: "ensuite, ces vents adverses ont montré les limites de notre modèle économique qui pariait sur une croissance sans précédent des marchés émergents et de nos volumes de ventes durant ces années de course aux volumes et à l'innovation. Pour atteindre des objectifs de croissance, la fin justifiait les moyens. Aujourd'hui nous payons le prix de cette politique".

"Nos dépenses de R&D, nos objectifs de ventes axés sur les volumes et réalisés parfois au détriment de notre positionnement de prix ont fortement affecté notre capacité à générer des liquidités. Le groupe a atteint un dimensionnement et des coûts structurels taillés pour une croissance qui n'a pas eu lieu. Il est urgent et vital pour l'avenir de Renault de changer d'état d'esprit et de réajuster ses modes de fonctionnement", conclut Clotilde Delbos.

Olivier Chicheportiche