BFM Business

Permis de conduire : Les pistes envisagées

-

- - -

La concertation autour de la réforme du permis de conduire a démarré, se basant sur un rapport qui propose plusieurs pistes.

La première réunion de concertation sur la réforme du permis de conduire se tenait ce matin mercredi 11 juin, et réunissait Cécile Petit, déléguée interministérielle à la Sécurité routière, les représentants d'autos écoles et les syndicats d'inspecteurs du permis de conduire. A cette occasion, les participants ont fixé un calendrier pour la concertation sur la réforme du permis, espérant la conclure au mois d'octobre prochain.

Avant de lancer cette concertation, Dominique Bussereau a commandé le rapport Lebrun/Mathieu, du nom de ses auteurs, qui doit servir de base de travail pour les discussions. Ce rapport lance donc plusieurs pistes de réformes, à propos desquelles nous avons demandé son point de vue à Daniel Blot, président du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), le premier syndicat des professionnels de l'automobile.

Ce qui dit le rapport Lebrun/Mathieu :

Le code dès le collège
Tout d'abord, le rapport préconise de faire désormais passer le code de la route au collège : « Il s'agirait plus d'enseigner des connaissances que de sensibiliser au comportement qui, comme on vient de le préciser, serait confié par la suite aux écoles de conduite. Cet enseignement pourrait être maintenu en classe de troisième.(...) La réussite de cette proposition, en ce qui concerne le premier temps de la formation, nécessite que plusieurs conditions soient réunies :
- que les enseignants de l'éducation nationale, comme ceux des écoles de conduite, en acceptent le principe,
- que l'organisation de l'examen dans les salles de classe se fasse sous la responsabilité d'agents de l'administration, extérieurs à ceux de l'Education Nationale,
- que la frange de population qui quittera l'institution scolaire sans le code ne soit pas oubliée ».

Risques routiers, éco conduite et formation complémentaire
En contrepartie, les auto-écoles assureraient pour leur part, en plus de l'apprentissage de la conduite, une sensibilisation aux risques routiers et l'apprentissage de l'éco conduite. Ces deux points feraient partie de l'examen pratique, avec 5 minutes consacrées à ces questions. De plus, les autos écoles assureraient une « formation complémentaire au cours de l'année qui suit l'obtention du permis ».

L'avis de Daniel Blot, président du CNPA : « Eco conduite et formation complémentaire, c'est très bien. On sait tous que la formation ne s'arrête pas le jour où l'on obtient le permis. En revanche, je suis opposé au code à l'école. Ca nous retire de l'activité et on devra donc augmenter de 2 ou 3 euros le prix des heures de conduite, ce qui rendra le permis plus cher, ce qui est l'inverse de l'effet recherché. Xavier Darcos est réticent au code à l'école, il dit que les profs ont autre chose à faire. La FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves) est contre ».

La rédaction -Bourdin & Co