BFM Business

Pepy: "Personne n'a intérêt à un conflit long" à la SNCF

Guillaume Pepy, président de la SNCF.

Guillaume Pepy, président de la SNCF. - Geoffroy van der Hasselt - AFP

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a estimé ce mercredi sur BFMTV qu'une grève représenterait "une gêne pour les usagers, qui ne comprendraient pas".

Les axes de réforme choisis par le gouvernement pour réformer la SNCF n'ont pas plu aux syndicats. Ces derniers ont menacé d'une grève si le projet était "maintenu en l'état", a prévenu Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-cheminots. Laurent Brun avait indiqué lundi qu'il était prêt à "un mois de grève" s'il le faut, pour faire "plier le gouvernement".

"Personne dans ce pays n’a intérêt à un conflit social long au moment où le trafic des trains repart et au moment où les Français ne demandent pas moins de train, ils demandent plus de train", a répondu Guillaume Pepy, président de la SNCF, ce mercredi sur BFMTV. "Ça représenterait une gêne pour les usagers qui ne comprendraient pas."

Le patron de la compagnie ferroviaire estime qu'aujourd'hui "chacun s’accorde que le train est de retour, sur le fait qu’il y a un formidable potentiel pour le train en France parce que les Français aiment le train". "Donc il faut sans doute réformer, il faut se relever les manches, il faut avancer", a-t-il conclu.

J.-C.C.