BFM Business

Opération escargot des taxis, auto-écoles et ambulanciers: perturbations sur l'A15, l'A4 et aux aéroports

Taxis, auto-écoles et ambulanciers se sont donné rendez-vous tôt ce lundi matin autour de Paris pour manifester contre la loi mobilités. Cette manifestation a compliqué les conditions de circulation pendant toute la journée.

Taxis, représentants d'auto-écoles et ambulanciers se sont mobilisés lundi contre la loi mobilités, avec un rassemblement de plusieurs centaines de personnes à Paris en fin d'après-midi, quelques heures après des opérations escargots autour de la capitale et en région pour dénoncer un texte "toxique" et "fait pour les plateformes".

Jusqu'à 410 km de bouchons ce lundi matin

Ce lundi matin, des bouchons se sont formés sur les principaux axes (A15, A86, A1, A4...). Au plus fort des perturbations, le site Sytadin a recensé jusqu'à 410 km de bouchons, un trafic exceptionnel. Selon Bison Futé, entre 730 et 780 taxis ont participé aux différents cortèges, dont environ 230 à Roissy.

Sytadin
Sytadin © Sytadin

Fin de manifestation à pied vers l'Assemblée nationale

Dans l'après-midi, les manifestants ont décidé de converger vers Paris pour protester contre la loi mobilités et la réforme à venir du permis de conduire, depuis différents points de rendez-vous (Roissy, Orly, La Défense, Torcy, Clignancourt, Bagnolet, porte d'Italie et porte d'Auteuil).

Ils se sont donnés rendez-vous boulevard Raspail, à proximité du ministère des Transports. Les manifestants ont alors laissé leurs voitures sur place avant de rejoindre à pied l'Assemblée nationale, où est examinée la loi mobilités. 

Les taxis étaient près de 300 devant l'Assemblée nationale. "S'ils partent dans leur délire d'uberisation, qu'ils assument et nous remboursent notre licence dans ce cas", a pesté Karim, un des manifestants, artisan taxi à Paris depuis 2012, "venu pour défendre le métier" devant le ministère. Sa licence achetée 180.000 euros il y a 7 ans, il ne l'évalue déjà plus qu'à 120.000 euros aujourd'hui. "Il y a 5 ans, je partais pendant 8 à 9 heures pour faire ma recette de la journée. Aujourd'hui, ça me prend 12 heures", décrit Rachid El Baze, taxi à Paris. 

A 18h30, des centaines de taxis bloquaient le boulevard Saint-Germain, dans le 7e arrondissement, interrompant complètement la circulation en pleine heure de pointe. La circulation est finalement revenue à la normale vers 20h30.

Carole Blanchard