BFM Business

oBike entre dans la course au vélo en libre-service à Paris

Obike, nouvel acteur du vélo en libre service.

Obike, nouvel acteur du vélo en libre service. - BFM Paris

oBike, un nouveau service de vélos sans borne s’installe à Paris ce jeudi. Il vient faire concurrence à Gobee.Bike déjà installé depuis un mois à Paris et au futur Vélib’.

Les vélos en libre-service ont la cote à Paris. Après "Gobee.Bike" et ses vélos verts, les deux-roues jaunes et gris d'oBike font leur apparition dans la capitale. 500 de ces vélos ont commencé à être déployés dans la capitale à partir de ce jeudi.

Comme son concurrent Gobee.bike ou les scooters en libre-service Coup et Cityscoot, ce nouveau service repose sur le système du “free floating”, à savoir des vélos mis en libre-service sans borne. Au moyen de l’application, l’utilisateur peut localiser son vélo et le déverrouiller grâce à un QR code. Une fois le trajet fini, le cycliste n’a plus qu’à déposer son vélo sur le trottoir et enclencher le verrou qui immobilise la bicyclette.

Un tarif plus cher en cas de mauvaise utilisation du vélo

Côté tarif, oBike s’est aligné sur son concurrent Gobee.bike en proposant une location à 0,50 euros pour 30 minutes d’utilisation. Le tarif peut toutefois augmenter si l’utilisateur ne se conforme pas aux règles d’utilisation. Au départ, le cycliste est automatiquement crédité de 100 points mais il peut en perdre 20 s’il se stationne illégalement par exemple.

Son crédit peut être réduit à 0 en cas de vélo perdu ou abandonné, le prix grimpe alors en flèche. Entre 79 et 60 crédits, le tarif passe à 5 euros les 30 minutes. Sous 59 points, le prix monte carrément à 10 euros pour 30 minutes. Derrière ces tarifs croissants, l’objectif est de responsabiliser les utilisateurs. L’une des problématiques de ces vélos sans borne est en effet le stationnement.

Une concurrence qui s’installe en pleine transformation du Vélib’

En plus de oBike et Gobee.bike, OFO, un troisième service de vélo en free-floating a aussi prévu de s’installer à Paris prochainement. L’apparition de ces nouveaux vélos arrive à quelques semaines du lancement du nouveau Vélib’, en service à partir du 1er janvier prochain. Même si ce Vélib’ nouvelle version est présenté comme plus moderne, connecté et dispose d’une version électrique, oBike et Gobee.bike pourraient bien lui faire du tort.

L’installation de ces concurrents intervient en pleine restructuration du service avec de nombreuses bornes en travaux. Ces chantiers entraînent d’importantes perturbations, il est désormais parfois difficile de trouver des Vélib’ disponibles ou des stations libres près de chez soi. Certains adeptes du vélo pourraient être tentés d’adopter les nouveaux vélos et de délaisser le Vélib’, qui détenait jusqu’à il y a peu encore le monopole du libre-service à Paris. OFO, un troisième service de vélo en free-floating a aussi prévu de s’installer à Paris prochainement.

Carole Blanchard