BFM Business

Merkel veut "rétablir la confiance dans le diesel"

Angela Merkel compte préserver l'industrie automobile

Angela Merkel compte préserver l'industrie automobile - Clemens Bilan - AFP

La chancelière allemande veut limiter "la perte de valeur des véhicules roulant au diesel afin de garder "une industrie forte".

Alors que la France a fait le choix d'abandonner progressivement le diesel, l'Allemagne souhaite encore ménager ce type de motorisation. La chancelière allemande a ainsi estimé ce lundi qu'il fallait rétablir la "confiance dans le diesel" afin d'éviter "les interdictions de circulation", excluant en creux de programmer la fin des moteurs à combustion.

"Nous avons besoin de retrouver confiance dans le diesel" pour limiter "la perte de valeur" des voitures concernées, a déclaré Angela Merkel, lors d'un forum organisé par le quotidien populaire Bild avec ses lecteurs.

Certes, a-t-elle souligné après les scandales à répétition touchant l'industrie automobile allemande, les constructeurs "ont commis de grosses fautes, dont certaines relèvent du droit pénal" et d'autres "de l'exploitation de failles" dans les tests anti-pollution.

"Garder une industrie forte"

Mais "nous voulons garder une industrie forte" et il faut donc "trouver un mélange raisonnable" dans les mesures imposées à ce secteur stratégique pour le pays, qui emploie plus de 800.000 personnes, a estimé la favorite des sondages pour les élections visant au renouvellement du Bundestag.

"Nous faisons en sorte qu'il n'y ait pas d'interdictions de circulation" des voitures diesel dans certaines villes, a-t-elle répété, alors que le gouvernement avait organisé début août un sommet avec les constructeurs principalement destiné à éviter de telles interdictions.

La chancelière, qui a toutes les chances de se succéder à elle-même pour un quatrième mandat, a donc convié le 4 septembre les communes qui dépassent les seuils de pollution, afin de "rebâtir pas à pas la confiance dans le diesel" en s'appuyant sur les "changements de logiciels" proposés par les industriels à leurs frais.

Le diesel, un enjeu électoral

S'abstenant d'évoquer les enjeux de santé publique, Angela Merkel a dit travailler "de toute (son) énergie" afin que "les clients ne paient pas la facture" de ces adaptations techniques, qui devraient in fine "augmenter la valeur" de leurs véhicules.

Alors que le diesel s'est invité au coeur de l'été dans la campagne électorale, la chancelière ne s'est prononcé ni pour un quota européen de voitures électriques, comme le propose son rival social-démocrate Martin Schulz, ni pour un abandon programmé des moteurs à combustion, réclamé par les Verts.

"Il serait pourtant possible de fixer une échéance raisonnable" sur ce dernier point, déplorait lundi le quotidien conservateur Die Welt, relevant le retard pris par l'Allemagne dans sa conversion aux énergies propres, alors que "même la Chine prend ce virage plus vite".

J.M. avec AFP