BFM Business

Maxime Legardez (Everoad): "30% des kilomètres sont parcourus à vide par nos camions en Europe"

Le secteur du transport routier pèse aujourd'hui 45 milliards d'euros en France et 300 milliards en Europe. Un marché où il y a encore d'importantes marges en matière de taux de remplissage des camions.

La mission d'Everoad est claire: digitaliser le marché du transport routier de marchandises. Et si son fondateur Maxime Legardez a choisi de s'inscrire sur ce segment, c'est avant tout parce que le transport routier incarne "la pierre angulaire de notre économie".

Invité sur BFM Business ce vendredi 30 août dans l'émission Good Morning Business, le dirigeant souligne que le secteur pèse en Europe quelque 300 milliards d'euros. "95% des produits que nous consommons au quotidien sont transportés sur nos routes", détaille-t-il. TPE, grands comptes industriels... Toutes les tailles et typologies de sociétés sont concernées. En France en 2016, le transport routier de marchandises et les services de déménagement généraient un chiffre d'affaires net de 45,8 milliards d'euros pour près de 302.500 salariés (en équivalents temps plein), selon l'édition 2019 des Chiffres clés du transport du Commissariat général au développement durable. 

70% des chargements réalisés sans intervention humaine

Or, "30% des kilomètres parcourus par nos camions en Europe sont faits à vide. Ce qui est un énorme problème", pointe le patron d'Everoad. D'où son idée d'adresser aux professionnels du secteur – qui prennent aussi souvent la forme de petites structures familiales – "des outils technologiques qui leur donne la possibilité de gérer leur business d'une meilleur manière". Des logiciels qui permettent une mise en relation "beaucoup plus simple", insiste Maxime Legardez.

Si bien qu'aujourd'hui, Everoad possède un "taux d'acceptation lorsqu'un expéditeur met un lot sur sa plateforme proche de 100% pour les transporteurs", se targue son fondateur. Lequel rappelle que désormais "plus de 70% des chargements sont faits sans aucune intervention humaine. Dans cette industrie-là, c'est simplement une révolution".

J.C-H