BFM Business

La SNCF peaufine une offre "low cost" pour passagers pas pressés

La SNCF utilise ses trains de nuit en journée entre Paris et Toulouse pour faire baisser les prix des billets.

La SNCF utilise ses trains de nuit en journée entre Paris et Toulouse pour faire baisser les prix des billets. - Florian Pépellin – Wikimedia - CC

Pour faire face à la concurrence des liaisons en car qui vont se multiplier après le vote de la loi Macron, la SNCF a son idée : faire tourner ses trains classiques 7 jours sur 7 et offrir une alternative au TGV.

C'est la nouvelle offre low cost imaginée par la SNCF. La compagnie ferroviaire va lancer une nouvelle liaison Intercités à bas coût sur l'axe Paris-Bordeaux, la liaison la plus demandée par les usagers des trains régionaux. L'objectif est de redynamiser un réseau en perte de vitesse, et surtout de se préparer à l'arrivée de ses nouveaux concurrents que sont les autocaristes.

A partir du 4 avril, vous pourrez donc rejoindre Bordeaux depuis Paris -et inversement- en 4 heures et demi, soit à peu près une heure de plus qu'en TGV. Pour des tarifs compris entre 15 et 35 euros pour la seconde classe, et jusqu'à 45 euros pour la 1ère. Des prix comparables à ceux pratiqués par les opérateurs d'autocars (28 euros avec Eurolines) et nettement inférieurs à ceux du TGV.

Cette offre, baptisée "100% éco", est annoncée une semaine après le vote à l'Assemblée nationale du volet de la loi Macron visant à libéraliser le transport en car en France. Et justement, c'est bien sur ces trajets entre grandes villes françaises que comptent se développer les autocaristes.

La SNCF doit aussi faire face à la concurrence des compagnies aériennes low cost, et la montée en puissance du covoiturage, qui foulent de plus en plus les plates-bandes de l'entreprise publique de transport ferroviaire.

Des trains qui ne riment pas avec grand confort

Sur des trains à ce prix, ne vous attendez pas à un grand confort. Pour faire baisser ses frais, et rentabiliser au plus vite son offre, la SNCF compte utiliser les rames qui, jusqu'alors, n'étaient pas exploités aux horaires où elle en a besoin. Par exemple, pour une ligne qui ne fonctionnera que le week-end, la compagnie utilisera des trains qui circulent le reste de la semaine en région parisienne.

Cette nouvelle ligne a été inspirée par celle qu'elle a mise en service en 2010 entre Paris et Toulouse. Mais sur ce trajet, ce sont les trains de nuit qui sont utilisés le jour. Les passagers ne sont pas obligés de voyager allongé: les couchettes sont rabattables, et se transforment en place assises la journée. En outre, certains wagons sont dotés de sièges inclinables, qui peuvent être utilisés aussi bien de jour que de nuit.

Ainsi, la SNCF fait circuler au maximum ses appareils plutôt que de les laisser dormir. Une recette gagnante puisque quand tout réseau Intercités est déficitaire, cette liaison est la seule à se rapprocher de l'équilibre financier.

Mathieu Sevin avec BFMBusiness.com