BFM Business

La boîte à idées: l'opération à double tranchant de la RATP

La RATP consulte ses usagers au mois de novembre.

La RATP consulte ses usagers au mois de novembre. - RATP

La régie des transports parisiens demande à ses usagers de contribuer à dessiner la ville du futur en partageant leurs idées de services sur un site dédié. Une opération risquée.

C'est une première dans l'histoire de la régie des transports parisiens. Du 2 au 30 novembre, l'exploitant des lignes de métro et de bus de la capitale lance un appel à idées. Les usagers sont invités à dire ce qu'ils attendent de la RATP pour "créer une offre de nouveaux services conçue au plus près de leurs attentes", souligne Elisabeth Borne, son PDG.

Les Franciliens pourront proposer des améliorations, comme permettre de recharger son smartphone dans le bus, diffuser du parfum dans les gares, donner accès à une playlist des musiciens du métro, installer des boîtes aux lettres et des points de collecte des piles usagées dans les stations, végétaliser les arrêts de bus, etc.

L'initiative est à double tranchant. Elle peut permettre de fédérer les millions d'usagers quotidiens autour d'un groupe qui se prépare à affronter la concurrence. Le monopole de la RATP tombera en 2024 pour les bus, en 2029 pour les tramways et en 2039 pour les métros et les RER. Des échéances assez lointaines, mais déjà, les nouvelles lignes comme les T9 et T10 ou le métro 15 feront l'objet d'appel d'offres. Ce type d'opérations peut apporter un avantage affectif à la RATP vis-à-vis de ses futurs compétiteurs.

Le précédent "Lego Ideas"

Mais elle présente aussi des risques. Celui d'être submergé de propositions farfelues de plaisantins du web. Ou de connaître le revers rencontré par Lego en 2015. L'entreprise qui produit les célèbres briques lance "Lego Ideas" chaque année depuis 2008. Les joueurs proposent la boîte Lego dont ils rêvent, le projet qui recueille le plus de votes voit le jour et le gagnant est intéressé aux ventes. Mais en 2015, Lego n'a pu désigner aucun gagnant parce que les projets plébiscités n'étaient pas réalisables. Soit pour des questions de licence, comme cette idée de château de la Reine des Neiges, dont les droits appartiennent à Disney. Soit parce qu'ils étaient trop complexes et impossibles à produire en série. La communauté a été extrêmement déçue, et l'effet fédérateur de l'opération annihilé.

C'est pourquoi la RATP a pris des précautions: à partir du 9 novembre et jusqu'à la fin du mois, les internautes seront invités à se rendre sur la page de l'événement pour voter pour les projets qui leur plaisent le plus. Mais sur la totalité des idées postées, une quinzaine seulement seront soigneusement sélectionnée en fonction de leur faisabilité. Et là, plus d'internautes à la manoeuvre, mais un jury d'experts composé de 2 membres de la RATP, une rédactrice du site de tendance MylittleParis, le secrétaire général d'une association de voyageurs et la directrice commerciale du magazine À nous Paris. Ensuite, la RATP retiendra entre 3 et 5 projets de cette sélection, et les annoncera le 6 février.

Nina Godart