BFM Business

Joon, la nouvelle filiale d'Air France, volera dès le 1er décembre

Joon proposera à partir de début décembre 2017, 51 vols par semaine vers Barcelone, 37 vers Berlin, 28 vers Lisbonne et 3 vers Porto avec des A320.

Joon proposera à partir de début décembre 2017, 51 vols par semaine vers Barcelone, 37 vers Berlin, 28 vers Lisbonne et 3 vers Porto avec des A320. - Lionel Bonanventure-AFP

La filiale d'Air France qui vise une clientèle plus jeune commencera ses vols vers quatre villes d'Europe le 1er décembre: Barcelone, Berlin, Lisbonne et Porto. Elle proposera des destinations long-courrier dès mars 2018.

Joon, la nouvelle compagnie à coûts réduits d'Air France, débutera ses opérations au départ de Paris-Charles-de-Gaulle le 1er décembre avec quatre destinations européennes et ses vols long-courrier fin mars 2018, ce qui correspond au début de la saison estivale dans l'aérien, a annoncé la compagnie ce lundi.

Joon, qui se définit comme "une marque de mode", proposera à partir de début décembre, 51 vols par semaine vers Barcelone, 37 vers Berlin, 28 vers Lisbonne et 3 vers Porto, a indiqué la compagnie dans un communiqué. Les billets seront vendus à un tarif minimum de 39 euros pour un aller simple.

La compagnie, dont l'empreinte est la couleur bleu électrique, opèrera sous code Air France. Ses vols seront commercialisés par Air France et la maintenance de ses appareils, 28 au total -dont 10 long-courrier- à l'horizon 2020, sera assurée par Air France Industries. Elle aura son propre certificat de transport aérien (CTA).

Des vols low cost vers le Brésil et les Seychelles

Elle démarrera son activité long-courrier fin mars 2018 avec deux vols hebdomadaires pour Fortaleza au Brésil (à partir de 249 euros) et trois vols par semaine pour Mahé aux Seychelles (à partir de 299 euros). Ces liaisons longs-courriers seront dans un premier temps exploité avec des A340 d'Airbus en 2018, puis avec des A350 en 2019.

Pour les passagers voyageant en classe économique, il n'y aura plus de sandwiches ou de plateau-repas servis gratuitement à bord. Un choix de boissons, eau, jus d’oranges, café et thé sera en revanche toujours offert. Les hôtesses et stewards proposeront une offre de restauration payante, comme c'est le cas à bord des compagnies low cost, mais à la différence de ces dernières, Joon maintient une classe affaire où les repas sont gratuits.

"Joon, c'est un nouveau modèle de compagnie aérienne, entre compagnie classique et low-cost, une nouvelle expérience de voyage pour tous les clients", insiste le directeur général d'Air France Franck Terner. Elle "sera un des leviers d'Air France dans son offensive pour la reconquête" de sa clientèle perdue et "permettra d'accélérer le développement du groupe et s'intégrera pleinement au réseau et au portefeuille de compagnies du groupe", a-t-il ajouté.

Des pilotes Air France dans le cockpit

La compagnie a vu le jour au terme d'âpres négociations avec les pilotes et les personnels de bord de la compagnie. Elle est la mesure phare du plan de reconquête du trafic "Trust Together" lancé par le PDG du groupe Air France-KLM Jean-Marc Janaillac et visant des mesures d'efficacité économique estimées à 40 millions d'euros annuels. Air France-KLM veut ainsi "reprendre l'offensive" sur des segments où il est attaqué par les low-cost et les compagnies du Golfe.

Les vols Joon seront assurés par des pilotes Air France volontaires, avec des conditions d'emploi et de rémunération inchangées. Les hôtesses et stewards seront en revanche recrutés en externe, à un coût inférieur de 45% comparé à celui d'Air France. Plus de 1000 recrutements sont prévus à ce titre. Une partie du personnel au sol sera par ailleurs externalisé.

La flotte sera limitée à dix-huit avions moyen-courriers et dix long-courriers, une concession apportée aux syndicats qui redoutaient à terme un transfert d'activité au détriment d'Air France.

N.G. avec AFP