BFM Business

Grève des taxis: plusieurs syndicats appellent à la levée des blocages

Les organisations de taxis ont obtenu un renforcement des contrôles des VTC.

Les organisations de taxis ont obtenu un renforcement des contrôles des VTC. - Dominique Faget - AFP

Les syndicats de taxis ont été reçus à Matignon pendant trois heures jeudi soir. Au terme de cette rencontre, Manuel Valls a annoncé un renforcement des contrôles des VTC.

Après trois jours de manifestations, plusieurs syndicats de chauffeurs de taxi ont appelé à la levée des blocages qui persistent en France. Cet appel intervient au terme d'une rencontre organisée à Matignon où ils ont obtenu du Premier ministre un renforcement des contrôles des Véhicules de Transport avec Chauffeur (VTC). Si certaines organisations réclament l'arrêt de cette mobilisation dès jeudi soir, d'autres, FO, CFDT, SDCTP et Taxis de France, ont choisi de consulter leurs bases.

"Une politique de contrôle pluridisciplinaire", pilotée par les préfets, sera appliquée dans 12 départements "les plus concernés par la concurrence déloyale", pour tenter de repérer d'éventuelles violations de la loi par les VTC, accusés par les taxis de concurrence déloyale. Ces renforcements devraient être réalisés, selon Matignon, de Paris et des trois départements de la petite couronne, et des départements des autres grandes villes de France: Rhône, Gironde, Bouches-du-Rhône, Haute-Garonne, Alpes-maritimes et Nord.

Car au coeur de leur colère: les chauffeurs d'Uber notamment, dont la justice a confirmé mercredi qu'ils étaient "incités" à pratiquer le maraudage, ce que la loi leur interdit et que les taxis dénoncent. Ainsi, le Premier ministre a promis aux taxis que la lutte porterait également sur la chasse aux plate-formes électroniques illégales, rappelant que la loi de 2014 impose aux VTC de déclarer tous les chauffeurs et véhicules.

"Mettre fin au conflit"

Dans la foulée, Manuel Valls, qui venait de rencontrer les organisations syndicales en compagnie de Bernard Cazeneuve et Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat aux Transports, a réclamé que les syndicats et les chauffeurs de taxi mettent "fin au conflit". Après trois heures de discussions, "le Premier ministre a indiqué aux fédérations des taxis que (si) la porte du gouvernement était toujours ouverte pour les écouter".

Mais "il importait désormais de mettre fin au conflit, de rétablir un service de qualité pour tous les usagers, la liberté de circulation de tous et de trouver des solutions réalistes et durables", indique Matignon dans un communiqué.

Depuis mardi, les chauffeurs de taxis se sont largement mobilisés dénonçant leur perte de revenus et leur malaise face à la concurrence provoquée par les VTC. Ils avaient bloqué de nombreux points, notamment à Paris, comme le secteur de la porte Maillot, le quartier de Bercy mais aussi les accès aux aéroports. Où parfois, ils passaient la nuit. 
J.C.