BFM Business

Fabrice Brégier: Airbus "s'ouvre un marché d'un millier d'avions" avec l'A330 neo

Fabrice Brégier vise 50% du marché des gros avions.

Fabrice Brégier vise 50% du marché des gros avions. - -

Au troisième jour du salon de Farnborough, ce mercredi 16 juillet, le président exécutif d'Airbus est, lors d'une interview à BFM Business, revenu sur l'annonce de la nouvelle version de l'A330. Il a également évoqué l'avenir de l'A350-800.

Le salon aéronautique de Farnborough bat son plat, ce mercredi 16 juillet. Depuis son ouverture, lundi, Airbus et Boeing ont déjà engrangé plus de 100 milliards de dollars de commandes. D'autres contrats pourraient encore venir gonfler ce résultat.

Airbus avait créé la surprise lundi en annonçant le lancement, en 2017, d'une version remotorisée de son A330, l'A330neo. Pour Fabrice Brégier, le président exécutif d'Airbus, interviewé ce mercredi sur BFM Business, cette nouvelle version renforce la compétitivité de l'avionneur face à Boeing.

"On a une superbe famille d'avions avec l'A330 et on avait la possibilité avec les moteurs nouvelle génération d'améliorer la consommation de carburant", a-t-il expliqué. "C'est ce qu'on a fait, on a annoncé l'A330 neo qui va avoir des performances similaires à celle du concurrent de Boeing: la famille 787", a-t-il ajouté soulignant que l'A330 neo aura toutefois "l'avantage d'être beaucoup plus économique car son coût d'achat est inférieur".

50% du marché des gros avions

Le patron d'Airbus a ensuite affirmé qu'avec cet avion "on s'ouvre un marché d'environ un millier d'avions, ce n'est pas nous qui le disons mais nos principaux clients". Au niveau des effectifs, il a précisé que "sur un programme de cette nature on a environ 30.000 emplois directs en France".

"Notre offre sera basée, pour les gros avions, sur trois familles: l'A330 neo, l'A350 et l'A380. Je pense donc qu'on est très bien armés face à la concurrence et on vise 50% de ce marché", a-t-il poursuivi.

La fin de l'A350-800?

Le lancement de l'A330 remotorisé pose la question de l'avenir des plus petites versions de l'A350, notamment l'A350-800. Selon le patron de l'avionneur, les 34 commandes enregistrées sur cet avion vont vite être modifiées pour d'autres modèles de la gamme Airbus.

"L'A350-800 est un avion plus petit (que l'A350-900 et l'A350-1000, deux autres versions, ndlr) qui a un peu de mal à trouver son marché. L'A330 neo sera un avion plus compétitif dans ce segment. On va discuter avec les clients qui restent attachés à cet avion et je pense que l'on aura pas de mal à les convaincre de basculer soit sur l'A350-900 soit sur l'A330neo".

Le salon de Farnborough a également permis à Airbus de franchir le cap des 3.000 commandes de l'A320 neo, version remotorisée de l'A320. Un succès que Fabrice Brégier explique par la compétitivité de l'appareil.

"On offre des solutions sans risque avec des avions qui ont une grande maturité et des améliorations de performance de l'ordre de 15% en consommation .Or le coût de carburant est devenu le principal poste de dépenses des compagnies aériennes, soit environ 40% de l'ensemble de leur coût", a-t-il indiqué.

J.M. avec BFM Business