BFM Business

Europcar engage un plan d'économies drastique de 850 millions d'euros

La présidente a cependant assuré que le groupe, qui compte plus de 12.000 salariés dans 140 pays, était "en position de faire face à la crise"

La présidente a cependant assuré que le groupe, qui compte plus de 12.000 salariés dans 140 pays, était "en position de faire face à la crise" - AFP

Le loueur de véhicules Europcar Mobility Group a annoncé mardi 850 millions d'euros de réductions de coûts sur 2020, après avoir creusé sa perte au premier trimestre et bouclé un plan de financement face à la pandémie.

La crise économico-sanitaire n'épargne pas Europcar. Dans un communiqué publié ce mardi, la présidente du directoire du groupe français de mobilité, Caroline Parot, a indiqué que "dès le début du mois de mars (…) une accélération de la baisse du nombre de réservations enregistrées en Italie tout d’abord, puis dans l’ensemble de nos territoires" avait été constatée. Une révision lourde de conséquences puisque le loueur de véhicules a décidé de mettre sur pied un plan de réductions de coûts majeur afin de préserver sa stabilité financière.

"Nous avons engagé un plan d'économie drastique (850 millions d'euros d'ici fin 2020) et mis en place des mesures de préservation de notre trésorerie et de nos liquidités, afin de traverser au mieux les prochains mois de crise et redémarrer progressivement nos activités", a déclaré dans un communiqué Caroline Parot, présidente du directoire du groupe.

Achats diminués, flotte rabotée

Dans cette "situation sans précédent", la patronne d'Europcar a évoqué notamment une réduction des achats automobiles, avec une flotte réduite d'un tiers cet été en raison de la chute prévisible de la demande de location de véhicules, le tourisme étant particulièrement frappé.

"Nous sommes en train de renégocier tous nos plans de flottes. Nous avons déjà stoppé beaucoup d'achats. A fin juin, nous aurons au moins un tiers de moins de voitures que l'an dernier à la même période, soit 100.000 de moins", a-t-elle détaillé lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

105 millions d'euros de pertes

Europcar a publié mardi une perte nette de 105 millions d'euros au premier trimestre, en aggravation de 55% sur un an. La perte opérationnelle a presque doublé à 89 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires a progressé de 0,7% sur la période à 557 millions d'euros, en raison de l'acquisition de nouvelles activités aux États-Unis, en Norvège et en Finlande. Mais à périmètre et taux de change constants, il a baissé de 10,1%. 

Alors que le début d'année avait été solide, l'activité progressant de 3,6% en janvier et février, le groupe a enregistré une chute brutale en mars (-34,6%) en raison des mesures de confinement qui ont stoppé les déplacements.

"Le mois d'avril sera le pire de l'année" et "le deuxième trimestre sera très impacté", a prévenu Mme Parot, soulignant l'impossibilité à ce stade de faire des prévisions sur l'année.

Elle a cependant assuré que le groupe, qui compte plus de 12.000 salariés dans 140 pays, était "en position de faire face à la crise" et anticipait une reprise progressive de ses activités une fois passée la crise du coronavirus.

Europcar avait annoncé dimanche un vaste plan de financement comprenant 301 millions d'euros de crédits garantis par les États français et espagnols. Le loueur négocie de nouveaux prêts avec garantie d'Etat dans d'autres pays où il exerce.

JCH avec AFP