BFM Business

En Inde, les avions ne devront plus vider leurs toilettes en plein vol

L'Inde va opérer des contrôles surprises des réservoirs de toilettes d'avion.

L'Inde va opérer des contrôles surprises des réservoirs de toilettes d'avion. - albert22278 - Pixabay

Le tribunal national indien a décidé que les compagnies aériennes qui laisseront leurs commandants de bord larguer les excréments de leurs passagers écoperont désormais d'une amende.

L'Inde a tranché dans le vif. Un ancien officier de l'armée se plaignait de recevoir sur sa terrasse et ses murs des éclaboussures de matières fécales larguées par les avions atterrissant à l'aéroport. Le tribunal national indien n'a pas cherché à savoir si c'était vrai ou non. Il a décidé que le régulateur de l'aviation pourrait réaliser des contrôles inopinés des réservoirs des toilettes juste après l'atterrissage. Si ces derniers sont vides, cela signifiera qu'ils ont été vidés en plein vol. La compagnie aérienne écopera donc d'une amende de 50.000 roupies soit un peu plus de 700 euros.

Le doute plane sur cette forme de vidange

Si le tribunal indien n'a pas cherché à décortiquer le vrai du faux, c'est parce la vidange des toilettes des avions en plein vol est un débat sans fin. Le ministère de l'aviation indien affirme que le contenu des toilettes reste stocké durant le vol et qu'il est vidangé une fois sur le tarmac. Patrick Smith, un pilote de ligne, explique dans son livre Ask the Pilot, qu'il est impossible d'éjecter le contenu des toilettes hors de l'avion pendant le vol. Dans un article, Slate est plus précis sur le sujet, affirmant que la vanne de vidange des toilettes est située à l'extérieur de l'appareil et que seule une personne au sol peut l'ouvrir.

Pourtant, nombre d'histoires témoignent d'étrons tombés du ciel. D'ailleurs, à demi-mot, Air France admet qu'un avion peut "se soulager" en plein vol. À la question: "Pouvez-vous me dire si un avion peut réellement vidanger les réservoirs de ses toilettes en plein vol ?", le service de presse de la compagnie aérienne nous répond: "Ces réglementations ne dépendent pas des compagnies mais de l'aviation civile". Comment ne pas en déduire que sur le plan technique un avion peut se délester des excréments de ses passagers sans attendre d'avoir atterri? Et que seule la réglementation peut donc l'en dissuader. Reste qu'à 700 euros, l'amende instituée en Inde n'est pas des plus dissuasives.

Diane Lacaze