BFM Business

Elie Cohen: l'Etat utilise "des pratiques de financiers délurés"

Elie Cohen considère que l'action de l'Etat peut fragiliser l'alliance Renault-Nissan

Elie Cohen considère que l'action de l'Etat peut fragiliser l'alliance Renault-Nissan - BFM Business

L'économiste était l'invité de BFM Business ce vendredi 24 avril. Il a vivement critiqué l'action de l'Etat au sein du capital de Renault qui, selon lui, fragilise l'alliance avec Nissan.

Le bras de fer continue de plus belle entre l'Etat et Renault. Bercy a décidé de faire le forcing pour imposer les droits de vote double au sein du constructeur français en élevant temporairement sa participation dans le capital de l'entreprise de 15 à 20%.

Ce qui devrait lui suffire à s'assurer une minorité de blocage. Une opération décriée par le conseil d'administration qui estime que cette initiative risque de rompre l'équilibre entre Nissan et Renault dans l'alliance qui unit les deux constructeurs.

Invité de BFM Business ce vendredi 24 avril, le célèbre économiste et directeur de recherche au CNRS Elie Cohen a vivement critiqué ce qu'il appelle "une opération de pieds nickelés" de la part de l'Etat.

"Nous avions une alliance qui a été dure à bâtir entre Renault et Nissan. Cette alliance a remarquablement fonctionné, sur les 10 dernières années. Renault est sorti de la zone de difficulté et a aidé Nissan à en sortir. Et l'Etat, par une manœuvre sur le capital, prend le risque de tout mettre en péril et pour quels bénéfices?", a-t-il déploré.

"Un vrai coup de force"

Pourtant, Elie Cohen a "toujours défendu les droits de vote double, car la Bourse de Paris est plutôt détenue par des hedge funds qui font des allers-retours (de la spéculation de très court terme, ndlr). C'est de l'investissement de long terme c'est plutôt positif".

Mais "ce n'est pas de cela qu'il s'agit. Là, l'Etat monte dans le capital pour quelques temps pour bloquer une résolution du conseil d'administration et après il revendra ses actions. C'est un vrai coup de force".

Elie Cohen a ensuite rappelé que ce type de manœuvre a souvent été exécuté par des hedge funds par le passé.

"Souvenez-vous dans le cas de PagesJaunes. Goldmans sachs et KKR ont décidé de faire passer un vote double. Mais tout de suite après ils ont vendu une grande partie de leur participation tout en maintenant leur droit de vote. Donc ils ont obtenu un contrôle pour moitié prix et l'ont ensuite vendu à des hedge funds. Ce sont des pratiques de financiers délurés".

Et Elie Cohen de rappeler le discours très offensif du candidat Hollande à l'élection présidentielle de 2012 contre la Finance au Bourget alors qu' "on a là un très beau coup de la Finance qui tourne sur elle-même et qui risque de mettre en péril l'une des rares choses qui a marché en matière d'alliance industrielle".

Ce n'est pas le seul dossier récent qui mécontente Elie Cohen. L'économiste déplore ainsi l'inaction de l'Etat dans le rachat d'Alcatel-Lucent par Nokia. "Alcatel, c'est l'une des plus belles réussites de l'après-guerre qui disparaît purement et simplement et l'Etat célèbre cette disparition", regrette-t-il.

"Et par contre Dailymotion ce serait un actif à ce point stratégique qu'on se battrait corps et biens pour le préserver.Alcatel c'est pas grave, Dailymotion c'est grave. Mais dans quelle planète vit-on?".

J.M.