BFM Business

Ecotaxe: pas de recul de la date d'application mais des aménagements en vue

Le gouvernement ne veut pas reporter la mise en place de l'écotaxe prévue le 1er janvier 2014.

Le gouvernement ne veut pas reporter la mise en place de l'écotaxe prévue le 1er janvier 2014. - -

Malgré les manifestations menées en Bretagne, Pierre Moscovici a réaffirmé, ce 27 octobre, que la taxe entrera bien en application le 1er janvier 2014. Mais Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, va présenter dès lundi de nouvelles propositions d'aménagements.

Si le gouvernement a reculé sur le dossier de la taxation de l'épargne, il y en a sur lequel il reste inflexible. Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a réaffirmé, ce 27 octobre lors du Grand Rendez-vous d'Europe 1-Le Monde-i>Télé, que la date d'entrée en vigueur de l'écotaxe est maintenue. Celle-ci "était prévue le 1er janvier, elle est toujours prévue le 1er janvier", a-t-il affirmé.

La veille, de violentes manifestations ont eu lieu en Bretagne d'opposants à cette nouvelle taxe. Des paysans, des transporteurs et des artisans s'en sont pris aux portiques écotaxe et ont notamment déversé des palettes et des choux-fleurs sur les routes. Ces opposants à l'écotaxe réclament, au minimum, l'ajournement de l'entrée en vigueur de cette mesure, prévue le 1er janvier, voire son annulation.

Stéphane Le Foll présentera ses propositions dès lundi

En réaction à ces manifestations, Pierre Moscovi a déclaré que "le gouvernement entend, le gouvernement dialogue, le gouvernement a déjà pris des adaptations". Et d'ajouter "le Premier ministre a demandé aux ministres concernés de faire des propositions, elles seront faites".

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a assuré dimanche avoir "parfaitement entendu" et "parfaitement compris" le message exprimé par les manifestants bretons samedi contre l'écotaxe, lors d'un passage sur France 5.

Le ministre a affirmé qu'il remettrait "des propositions au Premier ministre", Jean-Marc Ayrault lundi, comportant notamment des mesures pour l'agriculture et pour l'agroalimentaire.

L'ex-ministre UMP Xavier Bertrand, invité de BFM Politique ce dimanche soir, a appelé à "suspendre" l'entrée en vigueur de l'écotaxe "partout" en France, estimant que son application était en l'état "impensable".

Déjà des rabais et des exonérations

Les professionnels bretons s'estiment particulièrement touchés par cette nouvelle taxe, qui va s'appliquer à tous les camions de plus de 3,5 tonnes, et dont le montant variera en fonction des kilomètres parcourus, du réseau emprunté, de la puissance et l'âge du véhicule. Avec cette nouvelle taxe, ils craignent de voir définitivement sombrer des secteurs déjà particulièrement fragilisés comme l'agro-alimentaire.

Pourtant, la région va bénéficier de certains aménagements. Jean-Marc Ayrault a déjà annoncé qu'une réduction de 50% du montant de cette écotaxe serait accordé et que la route nationale 164, qui est l'axe vital de la région pour le secteur agroalimentaire, serait exclu de cette taxe. De plus, les véhicules affectés au transport de lait seront exonérés.

L'écotaxe est issue du Grenelle de l'environnement de 2009. En augmentant le prix des transports routiers, cette taxe doit inciter les professionnels à se tourner vers des modes plus écologiques. Quant aux sommes récoltées, qui devraient s'élever à 1,2 milliard d'euros par an, elles devront en partie servir à financer le développement des infrastructures de transports par voie fluviale et ferroviaire.

C.C.