BFM Business

Easyjet: nouvelle grève prévue pour les 31 décembre et 1er janvier

Faute d'avoir pu entamer des négociations avec la direction, les hôtesses et stewards d'easyjet appellent à un nouveau mouvement de grève .

Faute d'avoir pu entamer des négociations avec la direction, les hôtesses et stewards d'easyjet appellent à un nouveau mouvement de grève . - Jean-Pierre Muller - AFP

En grève depuis deux jours, les syndicats ont annoncé, ce vendredi, que les hôtesses et stewards d’easyjet allaient de nouveau cesser le travail la semaine prochaine, pour 48 heures supplémentaires.

En grève les 25 et 26 décembre, les hôtesses et stewards d’easyjet ont décidé de reconduire leur mouvement. Le syndicat Unac (Union des navigants de l’Aviation civile) et SNPNC- FO ont annoncé une nouvelle grève, pour les 31 décembre et 1er janvier, faute d’avoir pu entamer des négociations avec la compagnie aérienne.

"La responsabilité de ce nouvel appel à la grève incombe à la direction, cette dernière n'ayant pas pris contact avec nous", a expliqué le syndicat majoritaire SNPNC-FO, à l’AFP.

La principale revendication des syndicats porte sur une amélioration des conditions de travail au travers de l'organisation des plannings mensuels, qu’ils souhaitent plus stables. Car si ceux-ci sont édités à l'avance (le 17 du mois précédent), ils sont "de moins en moins respectés", avec des modifications d'horaires "du jour au lendemain", au détriment de la vie privée des personnels, a expliqué Eric Cunnac, responsable de l'Unac.

Une prime d'intéressement "digne des énormes bénéfices d'easyjet"

Les syndicats s'insurgent aussi contre la prise en compte d'un nouveau critère, la "satisfaction" du client, dans l'attribution d'un bonus annuel, arguant que le plus gros de la satisfaction du passager est généré par le traitement qu'il reçoit au sol (enregistrement, contrôle de sécurité) assuré par des prestataires.

"Notre bonus sous forme d'actions de la compagnie, déjà ridiculement bas, va baisser en avril de 25%", affirme le délégué. Il souhaite aussi la création d’une prime d’intéressement aux bénéfices "digne des énormes bénéfices réalisés par Easyjet" et la mise en place d’un contrat de prévoyance.

De son côté la compagnie aérienne à bas coût explique que les équipages comptent "parmi les mieux rémunérés de la profession en France" et que, depuis 2008, leur pouvoir d'achat "continue de croître grâce, tous les ans, à des augmentations au-delà de l'inflation." Dans un communiqué publié cette semaine, la compagnie indiquait qu'elle restait "ouverte à la discussion et qu'elle "s'engage à trouver une solution appropriée avec les syndicats".

Le mouvement de grève actuellement en cours a eu peu d’impact sur le trafic aérien de la compagnie, puisque des équipages de Grande-Bretagne ont été appelés en renfort. Parmi les 185 vols opérés par des équipages français dans la journée, 38 ont été annulés, l'aéroport de Lyon étant le plus touché.

C.C. avec agences