BFM Business

Dieselgate: opération reconquête pour les constructeurs allemands

(image d'illustration)

(image d'illustration) - Patrick Stollarz - AFP

Rassemblés à Berlin ce mercredi 2 août, les constructeurs automobiles allemands se sont accordé avec les autorités pour mettre à jour les logiciels de dépollution de 5 millions de véhicules diesel.

L'Allemagne renouvelle sa confiance au diesel. Les constructeurs allemands et les hauts responsables politiques du pays, réunis en sommet de crise ce mercredi à Berlin, sont parvenus à s'entendre pour tenter de redorer le blason de ce type de motorisation, inventée à la fin des années 1890 par l'ingénieur Rudolph Diesel. 

Empêtrés dans le scandale du "dieselgate", soupçonnés d'entente mais aussi d'avoir détourné des financements publics pour développés les logiciels truqueurs installés dans les véhicules, les groupes BMW (marques BMW, Mini, Rolls-Royce), Daimler (Mercedes-Benz), Volkswagen (Audi, Porsche, Seat, Skoda, Volkswagen, Bugatti) mais aussi Opel -passé depuis dans le giron du groupe français PSA- et l'américain Ford ont proposé plusieurs mesures. 

>> Mise à jour des logiciels de 5 millions de véhicules 

Avant même la conférence de presse finale, la Fédération allemande de l'industrie automobile (VDA) s'est engagée, dans un communiqué, à rappeler aux frais des constructeurs, cinq millions de véhicules diesel (aux normes Euro 5 et Euro 6) en Allemagne avec l'ambition de "réduire de 25 à 30%" leurs émissions d'oxyde d'azote (NOx) par une mise à jour logicielle. 

Mais ce chiffre intègre les 2,5 millions de véhicules déjà rappelés ces derniers mois par le groupe Volkswagen, précise la VDA, alors que les autres groupes automobiles allemands ont aussi procédé de leur côté au rappel de centaines de milliers de voitures diesel.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de la VDA n'a pas pu indiquer à combien de nouveaux rappels correspond la promesse faite mercredi, laissant planer une incertitude sur la portée réelle de cet engagement.

>> Offres de reprise des véhicules diesel les plus anciens

Avec cette promesse, les constructeurs allemands ont su éviter une interdiction pure et simple du diesel dans le pays. Une telle éventualité aurait été cauchemardesque pour les automobilistes, alors q'un tiers du parc allemand est constitué de véhicules roulant au gazole. Sur les 45,2 millions de véhicules en circulation en 2016, environ 30 millions de voitures carburaient à l'essence, 130.000 et 25.000 électriques.

-
- © -

Plusieurs constructeurs se sont engagé à reprendre les diesel les plus anciens. Afin de séduire les automobilistes, une "prime à la conversion" va être créée. Selon Alexander Dobrindt, le ministre allemand des Transports, l'ensemble des constructeurs allemands devraient annoncer, dans les prochains jours, le montant des bonus qu'ils comptent accorder. Ce dernier précise que cette mesure n'est pas financée par l'État allemand mais directement par les groupes automobiles.

À titre d'exemple, BMW a décidé d'offrir -jusqu'au 31 décembre 2017- 2000 euros de rabais à ses clients allemands rapportant leur véhicule diesel (norme Euro 4, 5 ou 6), en échange de l'acquisition d'un véhicule électrique (i3 ou i8), hybride rechargeable (Série 2 Active Tourer, Série 3, Série 5, Série 7, X5) ou... diesel (gamme BMW ou Mini n'émettant pas plus de 130g/km de dioxyde de carbone).

De son côté, Ford a décidé d'offrir entre 2000 à 8000 euros de reprise aux automobilistes se séparant d'un véhicule diesel datant d'avant 2006. À condition d'opter, là aussi, pour l'achat d'une voiture neuve, peu importe le modèle. 

Antonin Moriscot