BFM Business

Des publicités pour Gleeden censurées dans les Yvelines

Une publicité pour le site de rencontres adultères Gleeden sur un bus parisien.

Une publicité pour le site de rencontres adultères Gleeden sur un bus parisien. - Gleeden

Des publicités pour le site spécialisé dans l'adultère ont été retirées dans les Yvelines et les Hauts de Seine. Gleeden, qui jouait encore les agents provocateurs au salon du mariage récemment, enregistre sa première censure.

Vous êtes peut-être en train de terminer les préparatifs pour passer une Saint-Valentin royale. Et votre moitié est certainement tout aussi fiévreuse que vous. Mais dans certains couples, la situation est moins rose et l'un des deux tourtereaux est en train de draguer sur internet en toute simplicité grâce au site Gleeden, spécialisé dans l'adultère.

Lancé en 2009 en France, Gleeden se présente comme "le premier site de rencontres extra-conjugales pensé par des femmes". Il est gratuit pour ces dernières et payant pour les hommes qui veulent rentrer en contact avec elles. Mais la promotion de l'adultère n'est pas du goût de tout le monde.

Mails en rafale pour protester contre Gleeden

Une campagne du collectif catholique les Précurseurs a en effet sonné la charge contre les pubs qui s'affichaient ces dernières semaines sur les bus et dans le métro en région parisienne. Ils ont en effet assailli de mails les sociétés de transport, les ont interpellées sur Twitter et une pétition a recueilli 20.000 signatures.

Se conformant au "principe de la liberté d'affichage", a RATP n'a rien lâché aux internautes qui l'interpellaient, comme le soulignaient cette semaine les "anti-Gleeden" sur Twitter.

Gleeden crie à la "censure"

En revanche, des publicités pour le site de rencontre ont été censurées début février dans sept villes des Yvelines et les Hauts de Seine, a révélé France Bleu 107.1 vendredi matin, citant notamment les villes de Versailles, Poissy, Rambouillet Sèvres. Embarrassées, les sociétés de transport Keolis et Transdev ont expliqué à la radio avoir reçu beaucoup de mails, jusqu'à 500 à Versailles et qu'elles ne voulaient pas choquer les voyageurs.

Chez Gleeden, on parle de "censure" et de "réactions démesurées", d'autant plus que les affiches sur les bus des villes concernées n'avaient "rien de provocant" par rapport à la campagne dans le métro parisien, assure à BFMTV.com la responsable de la communication, Solène Paillet, qui n'exclut pas de réclamer une compensation financière.

C'est la première fois que des publicités du site sont refusées pour des raisons explicitement morales, indique-telle. La société se défend de faire l'apologie de l'adultère, mais affirme simplement rendre un service à des gens qui en cherchent un.

OPA hostile sur les futurs mariés

Derrière ce site qui revendique 2 millions d’inscrits dans le monde dont la moitié en France, se trouve un jeune homme de 31 ans, Teddy Truchot, marié et père de famille. Et pour promouvoir son affaire, il n'hésite pas à user de méthodes tout aussi provocantes que son concept.

Des équipes de Gleeden se sont ainsi invitées au salon du mariage à Paris il y a quelques jours. Elles y ont loué un stand sous un faux nom puis ont dévoilé leur identité au dernier moment. Les réactions des futurs mariés étaient très contrastées, comme vous pouvez le constater dans cette vidéo.

>>> Cette séquence est extraite du Grand Angle BFM sur la drague express, à retrouver ici.

K. L.