BFM Business

Comment vous auriez pu gagner des millions en achetant une voiture

Adjugée pour 32 millions d'euros en février dernier, cette Ferrari 335 Sport Scaglietti de 1957 est la voiture de collection la plus chère du monde.

Adjugée pour 32 millions d'euros en février dernier, cette Ferrari 335 Sport Scaglietti de 1957 est la voiture de collection la plus chère du monde. - Artcurial

Un rendement de 467% sur 10 ans: voilà ce qu'ont rapporté aux investisseurs avisés les voitures de collection depuis le milieu des années 2000. Difficile de faire mieux.

Oubliez l'or, la bourse, l'immobilier et même les hedge funds. Depuis 10 ans, le meilleur placement possible c'est l'automobile et de loin. Évidemment il ne s'agit pas d'investir dans une Clio, une Golf ou une Fiesta. Les automobiles qui prennent de la valeur avec le temps sont celles que les constructeurs vendent cher et produisent en petite quantité. Les Porsche et les Ferrari de collection ont ainsi toutes les chances de prendre une sacrée cote. Selon une étude de Knight Frank Luxury Investment, les chanceux qui ont les moyens d'investir dans des modèles de collection ont bénéficié de rendements hors du commun. De 161% sur 5 ans et même de 467% sur 10 ans. Autrement dit, avec un investissement initial de 50.000 euros en 2006, votre capital serait aujourd'hui de 283.500 euros.

Aucun autre type de placement ne peut soutenir la comparaison. Si vous aviez placé la même somme à la Bourse de Londres (l'étude est britannique), votre capital n'aurait pas pris un penny. Et si vous l'aviez confié à un fonds d'investissement, il aurait pris 7,83% selon le spécialiste des données financières Preqin. Même l'immobilier et l'or n'ont pas autant rapporté sur la décennie passée. Pour un investissement dans le centre de Londres, la plus-value se serait limitée à 100% (les prix ont doublé...). Et l'once d'or qui a beaucoup fait le yo-yo depuis dix ans a généré, elle, un rendement de 250%.

-
- © -

Les voitures de collection peuvent atteindre des prix hallucinants aux enchères. En février, cette Ferrari 335 Sport Scaglietti de 1957 a ainsi été adjugée pour 32 millions d'euros. Un record pour une voiture. Il s'agit certes d'un modèle très rare produit à l'époque à une poignée d'exemplaires. Et il n'y a pas que les Ferrari. Une Jaguar a par exemple atteint la somme de 7,25 millions d'euros en mai dernier lors d'une vente à Monaco. Jamais une automobile de la marque anglaise n'avait atteint un tel prix.

La star du moment c'est la Ferrari Dino. Selon le site suisse Bilan, la voiture de sport des années 60 qui porte le nom du fils du créateur de la marque valait 35.000 euros il y a 5 ans. Elle en vaut aujourd'hui 10 fois plus! De quoi aiguiser l'appétit des investisseurs.

Sauf que les bonnes affaires, c'est peut-être fini. Avec la flambée des prix, le ticket d'entrée est aujourd'hui inaccessible. Et la possibilité de faire la culbute limitée. "Si vous voulez acheter une Ferrari en espérant que sa valeur double ou triple d'ici quelques années, ce n'est pas la meilleure chose à faire, explique dans le Financial Times Fritz Kaiser, collectionneur et gestionnaire de fortune basé au Liechtenstein. Mais si vous êtes déjà un collectionneur, c'est le bon plan pour vous".

Quand la Chine s'éveillera à la voiture de collection

Comme pour l'art et les grands vins, la spéculation atteint des niveaux tels qu'il devient de plus en plus difficile de trouver de petites pépites à fort potentiel. Certaines marques comme Ferrari sont désormais intouchables. "La spéculation sur les Ferrari a commencé à la suite du décès de son fondateur en 1988, explique Christian Rochet, un collectionneur dans Bilan. Il y a eu des rumeurs sur le fait que la construction de ces voitures allait s’arrêter. Certains modèles se sont dès lors revendus trois fois le prix une année seulement après leur sortie." Mieux vaut selon lui miser sur d'autres marques comme Porsche, Mercedes ou Aston Martin.

Mais il faut bien être un expert, écumer les garages et se tenir au courant des enchères pour espérer dénicher un modèle à fort potentiel. Et surtout avoir de la chance. Flairant le bon plan, certains fonds d'investissements se sont spécialisés dans ce secteur. Comme IGA Automobile lancé en 2011 par un groupe de passionnés parmi lesquels on retrouve Nick Mason, le batteur de Pink Floyd. Un fonds réservé aux personnes fortunées avec un droit d'entrée fixé à 390.000 euros. Mais pour l'heure le succès semble mitigé. La cote a trop grimpé pour attirer les spéculateurs et les succès sont trop aléatoires. Mais la donne pourrait changer avec l'arrivée des Chinois sur ce marché. "Il n’y a actuellement pas d’acheteurs en Chine, car il est impossible d’y importer des voitures anciennes, explique dans GQ Pierre Novikoff de la maison de vente Artcurial. Le jour où ça changera, le marché pourrait exploser."

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco