BFM Business

Comment AirAsia est devenue la reine du "low cost"

AirAsia est l'un des tout premiers clients d'Airbus.

AirAsia est l'un des tout premiers clients d'Airbus. - Laurent Fievet - AFP

La compagnie malaisienne, dont un appareil a disparu dimanche entre l'Indonésie et Singapour, est le plus grand transporteur "low cost" d'Asie. Focus sur une entreprise en constante progression économique depuis plus de 10 ans.

2014 restera à jamais comme une année noire pour l’aviation malaisienne. Mais la disparition encore inexpliquée de l'A320-200, qui reliait la ville indonésienne de Surabaya à Singapour avec 162 personnes à bord, est le premier incident grave enregistré par AirAsia en 13 ans d'activité. La compagnie, devenue en quelques années la reine du "low cost" en Asie, ne cesse en effet de monter en puissance.

Créée en 1994 à Kuala Lumpur, cette dernière est moribonde lors de son acquisition en 2001 par Tony Fernandes, ancien cadre dirigeant de Time Warner, à un conglomérat public. Il rachète ses dettes (11 millions de dollars) mais ne débourse qu'un quart de dollar pour ses deux avions vieillissants. Malgré le marasme de l'aéronautique suivant les attentats du 11 septembre, Fernandes parie sur l'explosion du transport aérien en Asie au gré de l'émergence de classes moyennes avides de voyager. Son credo: "Now Everyone Can Fly" (Maintenant tout le monde peut voler).

Dès 2002, il fait d'AirAsia une entreprise rentable et, en 2003, la dette est remboursée. Rapidement, il crée des filiales dans toute l'Asie du Sud-Est. AirAsia en compte désormais huit, en Thaïlande, Indonésie, Inde et Philippines, et dessert environ 120 destinations de la Chine à l'Australie, de Hong Kong à l'Inde.

Trois fois plus rentable que Malaysia Airlines

Seule ombre au tableau : la compagnie a tenté de s'installer au Japon, mais le marché est encore très fermé. Après un peu plus d'un an d'exploitation, AirAsia met ainsi fin à ses opérations nippones en octobre 2013. Elle les relance en juillet 2014 avec l'espoir de revoler l'été prochain.

Trois fois plus rentable que la compagnie nationale Malaysia Airlines - frappée cette année par deux catastrophes-, AirAsia truste depuis 2009 le titre annuel de meilleure compagnie à bas coût du monde décerné par le cabinet spécialisé londonien Skytrax, devant les filiales Virgin de Richard Branson.

La compagnie n'exploite que des Airbus et est l'un des tout premiers clients de l'avionneur européen. Selon les chiffres d'Airbus au 30 novembre 2014, AirAsia a commandé 475 appareils et en a reçu 157. AirAsia X, sa filiale long-courrier, a confirmé mi-décembre une commande de 55 A330Neo, version remotorisée du long-courrier vedette d'Airbus, pour une valeur catalogue de 15 milliards de dollars.

Y.D. avec AFP