BFM Business

Cette start-up veut réinventer la vente "duty free" à bord des avions

En utilisant le wifi embarqué dans les aéronefs, Skydeals a conçu la première place de marché accessible à bord des avions.

En utilisant le wifi embarqué dans les aéronefs, Skydeals a conçu la première place de marché accessible à bord des avions. - Skydeals

Skydeals organise des ventes privées à prix cassés pour les passagers connectés à bord d'avions équipés en wifi. Son modèle de partage de revenu attire les compagnies aériennes. Après French Blue, une compagnie américaine testera bientôt cet astucieux mode de vente à bord.

Qui achète encore à bord des avions, les parfums ou cigarettes que les personnels navigants s'échinent à proposer à la criée depuis leurs chariots? "Les bonnes affaires se font rares pour les passagers qui ont profusion de choix pour ces articles. De plus, cette activité rebute souvent les hôtesses et les stewards des compagnies" soutient Julien Divan fondateur de Skydeals.

Cette start-up veut dépoussiérer ce mode de vente qui s'appuyait à l'origine sur le fait que dans un avion, comme dans un aéroport, on peut vendre des produits en "duty free". Skydeals propose aux compagnies aériennes un autre moyen, plus innovant, inspiré des ventes en ligne événementielles. Sa plate-forme d'e-commerce propose aux passagers des ventes flash à prix cassés à bord d'avions équipés de réseau wifi auquel se connectent les passagers avec leurs tablettes et smartphones, à 10.000 mètres d'altitude.

La première compagnie aérienne à avoir testé quelques semaines le nouveau modèle de vente est French Blue. Sur ses vols transatlantiques vers Saint-Domingue, à partir de février 2017, l'accès wifi était gratuit pour faciliter l'accès au portail d'e-commerce de la start-up, pendant la période de test.

Le catalogue en ligne, limité aux services, permettait aux passagers de réserver par internet des excursions à des prix promotionnels, dans le cadre de leur séjour. Le paiement s’effectuait en ligne, les clients recevant en retour un voucher par courriel à utiliser pendant leurs vacances sur l'île.

-
- © French blue a proposé en avant-première à ses passagers quelques semaines à partir du 10 février 2017, l’accès wifi gratuit au portail d'e-commerce de Skydeal.

Désireuse de réinventer de fond en comble la vente de produits et d'articles en vol, la start-up a aussi conçu la possibilité de promotions limitées, le temps du survol d'un pays, sur un mode ludique. "Notre technologie permet des offres ponctuelles baptisées Fly Over. En survolant la France, il devient possible d'organiser une vente de vin, uniquement pendant le survol de l'Hexagone" explique le fondateur de Skydeals.

Une fois l'achat effectué dans l'avion, le produit commandé est livré quelques semaines après au domicile du passager par le vendeur en ligne. Plus astucieux, la start-up a prévu un système de click and collect. Une fois commandés en vol, certains colis pourront être livrés dans les boutiques de l'aéroport de destination, en cas d'accord avec celles-ci sur la vente à bord des produits proposés.

Des casiers comme points de collecte dans la zone de bagages ?

"Nous prévoyons aussi que ces articles commandés soient déposés dans des casiers installés dans les zones de livraisons des bagages" explique Julien Sivan.

Pour séduire les compagnies aériennes, son modèle économique s'appuie sur le partage des revenus tirés des ventes en ligne à bord des avions. La commission, de l'ordre de 20%, est partagée à parts égales entre la start-up et le transporteur.

"Le coût d''installation d'un système wifi à bord des avions non-équipés varie entre 200.000 et 300.000 dollars. En étant intéressées sur les ventes réalisées grâce aux connexions des passagers, les compagnies financent en partie cet investissement coûteux" ajoute le créateur de la start-up.

Le wifi à bord des avions reste peu répandu en Europe

Le principal obstacle à l'essor de ce nouveau mode de vente reste l'usage encore très restreint du wifi à bord des avions. Lors du test effectué avec la compagnie French Blue, Skydeals a déploré un taux de connexion très bas. "Le mode avion des appareils électroniques fait des ravages. Les passagers français et européens ont l'habitude d'éteindre leurs smartphones ou leurs tablettes pendant le vol" déplore le jeune entrepreneur. S'y ajoutent aussi le faible taux d'équipement en wifi des avions des compagnies européennes, l'épineuse question du coût de cette connexion et de la qualité de ces accès sans fil à internet.

En revanche, d'autres continents ont une culture plus mature dans l'usage du wifi à bord, notamment aux États-Unis. Skydeals prépare un deuxième test avec une importante compagnie américaine d'ici quelques semaines. L'Asie fait aussi aussi partie de ses marchés de prédilection, en raison de l'appétence de sa population pour les connexions à bord des avions.

Pour financer son démarrage, une levée de fonds d'environ 500.000 euros a été réalisée auprès de business angels. Pour assurer son décollage, Skydeals a prévu de boucler début 2018 un tour de table auprès de fonds d'investissement, pour un montant de 3 à 4 millions d'euros.

Frédéric Bergé