BFM Business

Cette start-up française veut réduire la facture de kérosène d'Air France

Le carburant est l'un des gros postes de dépenses d'une compagnie aérienne.

Le carburant est l'un des gros postes de dépenses d'une compagnie aérienne. - Jack Guez - AFP

Safety-Line a créé un algorithme qui permet d'optimiser la vitesse et la trajectoire d'un avion. Intégré dans le plan de vol, il pourrait faire baisser de 15% la consommation de carburant. Une filiale d'Air France va tester cette innovation.

Des avions plus légers, plus rapides, plus confortables, mais toujours trop gourmands. Pour les compagnies aériennes, économiser du carburant reste une priorité. Et pour cause, même avec un pétrole à moins de 50 dollars le baril, la facture énergétique reste le second poste de dépenses des compagnies aériennes, derrière les frais de personnel.

Une start-up française a peut-être trouvé la solution. Safety-Line a mis en place un algorithme qui permet d'optimiser la trajectoire et la vitesse d'un avion lors du décollage et de l'atterrissage, moments du vol où un avion brûle le plus de kérosène.

Dans le détail, la start-up utilise les données passées qu'on met à sa disposition. "En comparant la courbe classique à partir des données des boîtes noires, à la courbe idéale que nous avons calculée, nous avons constaté un écart qui représente 15% de consommation de carburant", explique Pierre Jouniaux, son PDG. Pour une compagnie comme Air France, dont la flotte compte près de 200 avions, cela pourrait représenter entre 40 et 50 millions d'euros d'économie par an.

Expérimentation fin mars

Et justement, la compagnie nationale se montre intéressée par cette approche. Initié en 2013 en partenariat avec l’INRIA et avec le soutien de la région Ile-de France et de Polytechnique, le projet va se traduire dès cette année par une expérimentation opérationnelle avec Transavia France, la filiale "low cost" de la compagnie nattionale. Cette expérimentation devrait débuter fin mars.

La start-up qui a remporté le troisième prix du Congrès Big Data 2015, ne s'arrête pas là. En effet, elle est en discussion avec Boeing. L'avionneur pourrait intégrer cet algorithme dans ses manuels d'utilisation. "Ensuite, l'objectif est de l'introduire au sein du système de pilotage pour que l'avion suive automatiquement la courbe d'ascension idéale".

D. L.