BFM Business

Ce chauffeur Uber a une méthode pour gagner 15.000 dollars par mois

-

- - Business Insider

Gagner des sommes importantes sans conduire ou presque. Business Insider raconte comment ce chauffeur profite aux Etats-Unis du système de parrainage sur Uber qui permet de toucher une commission sur les courses de ses "filleuls".

Il se surnomme lui-même le "roi d'Uber". Joseph Ziyaee, chauffeur sur la côte ouest américaine est sans doute le VTCiste qui gagne le mieux sa vie sur la plateforme américaine. Selon le site Business Insider qui raconte son histoire, l'homme aurait gagné 90.000 dollars ces six derniers mois, soit l'équivalent 15.000 dollars par mois. Pour se constituer un tel magot, il n'a pourtant pas fait dix fois le tour de la terre. Au contraire même il ne conduit quasiment jamais.

Son secret? Il utilise le système de parrainage mis en place par Uber. Chaque chauffeur inscrit sur la plateforme peut en effet proposer à des proches de devenir VTCiste. Pour les encourager à le faire, Uber leur offre un bonus. Sur la plateforme française par exemple, le parrain reçoit 250 euros de la part du site dès qu'un de ses filleuls atteint 50 courses. Pourquoi autant de courses? "Afin d'éviter des fraudes au parrainage", explique un porte-parole d'Uber France. C'est à dire qu'un chauffeur pistonne des amis qui ne conduiront pas, simplement pour toucher la prime.

200 chauffeurs parrainés 

Ce système de récompense diffère selon les pays et même entre Etats américains. Dans certains d'entre eux, Uber a mis en place un système de récompense de type pyramidale. Le chauffeur en parraine un autre qui en parraine un autre et tout le monde touche une commission. C'est grâce à ce type de montage que Joseph Ziyae a été sacré roi d'Uber.

Sauf que le programme était initialement conçu pour parrainer des gens de son entourage. L'Américain utilise lui les réseaux sociaux comme Snapchat pour contacter les personnes intéressés avant d'aller les rencontrer personnellement. Uber exige en effet que le parrain et le filleul se connaissent. La relation est ici factice mais semble tolérée par le site. En tout cas, notre homme parraine à tour de bras en ciblant les villes les moins fournies en chauffeur VTC. Il aurait à date convaincu 200 personnes d'entrer dans la famille Uber. Ce qui lui rapporteraient donc de très copieux revenus. 

En France, ce serait impossible

Ce filon risque néanmoins de bientôt se tarir. La société de VTC met fin au programme de bonus dans les villes où le marché est saturé. Or les Etats-unis comptent déjà 160.000 chauffeurs Uber et nombre de grandes villes ont déjà fait le plein.

Est-ce que cette martingale fonctionnerait en France? "Ce serait très difficile, assure-t-on du côté d'Uber France. Aux Etats-Unis, UberPop (NDLR. les chauffeurs occasionnels) est autorisé donc il y a bien plus de chauffeurs qu'en France. Sans parler de la législation française actuelle qui bloque l'accès à cette activité." Uber France assure tout de même qu'un chauffeur français est devenu expert en parrainage et toucherait des sommes substantielles à ce titre. Impossible d'en connaître le montant. Une seule certitude: on est loin des 15.000 dollars par mois.

Frédéric Bianchi