BFM Business

Brexit: Ryanair gèle les embauches au Royaume-Uni

Ryanair gèle les embauches au Royaume-Uni.

Ryanair gèle les embauches au Royaume-Uni. - PASCAL PAVANI / AFP

Le DG de la société, Michael O’Leary, a annoncé le report des créations d’emplois prévues au Royaume-Uni. Il n’exclut pas non plus de possibles suppressions de postes ni l’arrêt des vols intérieurs de la compagnie dans le pays.

Michael O'Leary avait bien prévenu les Britanniques. Avant même le référendum sur la sortie de leur pays de l'Union Européenne, le patron de Ryanair avait dit tout le mal qu'il pensait du Brexit. Et ce mardi, le couperet est tombé. La compagnie aérienne irlandaise à bas coûts a décidé de geler les créations d'emplois outre-Manche. "Ryanair reporte les créations d'emplois au Royaume-Uni", a-t-il indiqué devant des journalistes lors d'une conférence à Dublin, selon des propos confirmés à l'AFP par un porte-parole.

La nouvelle est loin d'être anodine. En forte croissance depuis sa création, le leader européen de l'aérien, en nombre de passagers transportés, a créé l'an passé 450 emplois au Royaume-Uni. Michael O'Leary n'écarte pas totalement des suppressions de postes dans le pays "bien que ce soit peu probable". Ryanair fait face depuis le vote pour le Brexit à la chute de la livre, laquelle a perdu 14% de sa valeur face à l'euro. Le groupe qui publie ses résultats en euros, cette dépréciation ampute le montant du chiffre d'affaires réalisé au Royaume-Uni qui représente plus d'un quart de ses ventes.

O’Leary s’attend à un “Brexit très dur”

Sans rentrer jusqu'alors dans les détails, Michael O'Leary avait prévenu qu'il freinerait son développement sur le territoire britannique, au profit de l'Italie, de la Belgique et de l'Allemagne. Ryanair n'exclut pas de mettre un terme à ses vols intérieurs au sein du Royaume-Uni (2% de ses vols), plutôt que de satisfaire aux nouvelles règles qui seront issues du Brexit, selon des propos tenus la semaine dernière par son directeur financier Neil Soraha. Compagnie irlandaise, Ryanair pourrait devoir obtenir un certificat de transporteur aérien au Royaume-Uni. Car Michael O'Leary en est désormais persuadé. Il faut s'attendre à "un Brexit très dur" avec une sortie brutale de l'Union européenne. 

P.L avec AFP