BFM Business

Boeing 787: les lignes de production de batteries hors de cause

Un premier volet de l'enquête destinée à identifier l'origine des des défaillances de batteries des Boeing 787 vient d'être rendu.

Un premier volet de l'enquête destinée à identifier l'origine des des défaillances de batteries des Boeing 787 vient d'être rendu. - -

Les enquêteurs, chargés de trouver l’origine des incidents survenus à bord de Boeing 787, n’ont pas détecté de souci majeur dans l’usine de production des batteries lithium-ion. Ils doivent maintenant examiner les composants et le système électrique.

L’enquête, destinée à faire le jour sur les incendies de batteries qui ont cloué au sol plusieurs Boeing 787, avance. Les autorités nippones n'ont pas identifié de souci majeur sur les lignes de production des batteries lithium-ion de l'entreprise nippone GS Yuasa, basée à Kyoto.

"Nous n'avons pas détecté de gros problème lors des examens chez le fabricant, ni en termes de technique ni du point de vue de la gestion de la qualité", a expliqué ce lundi 28 janvier, un responsable du ministère japonais des Transports.

En revanche, plusieurs petites améliorations ont été demandées dans la gestion de qualité, a précisé la même source, mais "aucun souci de nature à causer directement un vice de fabrication".

Ces premières conclusions ont été rendues après une enquête d’une semaine, menées par les autorités japonaises et américaines, portant uniquement sur les lignes de production. Il s’agit maintenant d’examiner les divers composants provenant de plusieurs fabricants, qui composent la batterie. Mais aussi l’ensemble électrique où elle est intégrée, conçu par le groupe français Thales, qui peut lui-même être à l'origine de la surchauffe constatée.

Pas de surcharge sur la batterie du 787 d'ANA

Des inspections sont désormais prévues chez le fabricant japonais d'une unité de gestion de la batterie (BMU), composant interne qui sert à mesurer la tension de chaque élément unitaire (cellules), à détecter une anomalie et à répartir la tension entre les différentes cellules.

Réduite à un bloc noirci, la batterie du Boeing 787 Dreamliner incriminé, un exemplaire d'All Nippon Airways (ANA), est en train d'être disséquée après avoir été passée aux rayons X, sans résultats probants. Elle n'a pas subi de surcharge, selon les données contenues dans la boîte noire.

L'incident de ce Boeing 787 d'ANA a conduit les autorités mondiales de la sûreté aérienne à clouer au sol les appareils de ce type en service dans le monde et Boeing à en suspendre les livraisons, en attendant que le problème soit élucidé.

Il s'agissait du deuxième incident grave sur une batterie de Boeing 787 en moins de deux semaines, après celui survenu à Boston sur un exemplaire de Japan Airlines (JAL). Une enquête est aussi ouverte par les autorités américaines sur cet incident.

BFMbusiness.com et AFP