BFM Business

Avec ses vélos connectés, cette start-up hollandaise veut déstresser les Parisiens

Ce vélo aux allures classique est électrique, connecté et intelligent

Ce vélo aux allures classique est électrique, connecté et intelligent - VanMoof

VanMoof arrive à Paris avec des vélos électriques, connectés et intelligents en vente ou en location. Ils sont dotés d'une technologie qui les protège contre le vol, renforcée par une équipe chargée de les récupérer si un voleur arrive à en dérober un.

La voiture autonome, c’est pour demain. En attendant, une autre bataille a déjà démarré dans la mobilité urbaine: celle des vélos électriques ou non. Aussi anachronique que cela paraisse, les deux roues sont devenus le moyen le plus efficace pour se déplacer en ville. Il y a tout de même des freins comme le vandalisme qui touche les services de partage et le vol qui n'épargne personne. VanMoof, une start-up néerlandaise, pense avoir trouvé une solution pour séduire les Parisiens en éliminant ces craintes.

Ses vélos sont équipés d’une protection inédite contre le vol. Ils disposent d'un cadenas intégré qui bloque la roue arrière et déconnecte la batterie. Si quelqu’un tente tout de même de forcer ces sécurités, une alarme sonore et lumineuse avertira les passants. Simultanément, le propriétaire reçoit une alerte sur son smartphone grâce à une appli. Et si le voleur parvient tout de même à s’en emparer, le vélo sera bloqué, la batterie coupée et des "Bike Hunters" entrent en action.

Des Bike Hunters pour veiller à distance sur les vélos

Ces chasseurs de vélos sont des employés de VanMoof. Ils constituent un réseau international chargé de suivre à la trace le vélo volé sur lequel unr puce GPS est dissimulée. Ils vont alors tenter de le récupérer où qu’il se trouve dans les deux semaines. En attendant, un vélo de remplacement sera prêté. S’ils ne parviennent pas à remettre la main dessus, le vélo sera remplacé. Ce service a été baptisé "Peace of Mind" en français, la paix de l’esprit.

Il est inclus en achetant un vélo VanMoof. La version classique, la gamme Smart, coûte 898 euros. Les électriques, Electrified, qui seront distribués en septembre 2018, atteignent 3398 euros. Petite précision esthétique, rien ne les distingue des vélos classiques. La batterie est invisible car dissimulée dans la barre centrale du cadre.

Mais le modèle VanMoof repose aussi sur la location avec un abonnement à partir de 19 euros. Dans ce cas, le service de sécurité coûte 298 euros. Si l’abonné veut arrêter son contrat, il peut revendre cette clé virtuelle à un autre cycliste qui prendra en charge le tarif mensuel. "Avec ce système, les utilisateurs sont incités à prendre soin de leur vélo", explique la société qui ainsi entend lutter contre l’économie du "jetable".

Une boutique à Paris cet été

Le modèle VanMoof a déjà fait ses preuves à New York, San Francisco, Tokyo, Tapei, Berlin, Londres et bien sûr Amsterdam, où des boutiques ont été ouvertes. La start-up se prépare désormais à s’installer à Paris. Elle ouvrira cet été une boutique dans le quartier très branché du Marais. "Nous regardons de près et depuis longtemps ce qu’il se passe à Paris dans ce domaine", explique Taco Carlier qui dévoile que les clients pourront utiliser gratuitement deux vélos de la marque lorsqu’ils se déplacent dans les villes où il y a une boutique.

Ce modèle est innovant, mais pas question de déclarer la guerre aux services en place, qu’il s’agisse de Vélib ou des vélos en libre-service. "Il y a de la place pour un service différent qui vise une autre catégorie de clients en offrant une véritable dissuasion contre le vol qui freine les ventes de vélos dans les grandes villes", estime le patron de VanMoof.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco