BFM Business

Avec l'A350-1000, Airbus espère casser l'ultime monopole de Boeing 

Avec le A350-1000, Airbus veut casser le dernier monopole de Boeing.

Avec le A350-1000, Airbus veut casser le dernier monopole de Boeing. - J.V. Reymondon - Airbus

L'avionneur européen fait voler pour la première fois la version rallongée de son A350 ce jeudi. Avec ce modèle ultra économe, Airbus pense être en mesure de tailler des croupières au 777 de Boeing dont raffolent les compagnies aériennes.

Première démonstration aérienne pour la plus grande version de l'A350-1000. L'appareil a pris son envol dans la matinée ce jeudi pour un vol d'essai de 3 heures. Ce modèle est un pilier de la stratégie d'Airbus qui n'a jamais accepté de laisser Boeing dominer le marché très rentable des longs courriers à grande capacité. L'avionneur européen comble ainsi un trou dans sa gamme avec cet avion capable de parcourir les plus longues distances tout en transportant 350 et 400 passagers. Un moyen, peut-être, de briser le dernier monopole de Boeing, qui domine le créneau avec son 777.

Pour s'imposer sur ce marché estimé à 1.000 milliards de dollars, Airbus a développé un A350 ultra économe. Comme il est essentiellement fabriqué à partir de matériaux composites, il pèse beaucoup moins lourd que celui de son concurrent. Il consomme donc beaucoup moins et offre une plus grande autonomie. Il est censé parcourir environ 800 kilomètres de plus que le best-seller de Boeing. Objectif: donner un coup de vieux à l'avion de ligne long-courrier le plus vendu au monde. Et pour l'instant, les résultats sont encourageants. Cette version allongée de l'A50 a déjà été commandée à un peu moins de 200 exemplaires. Le premier appareil doit être livré l'été prochain à Qatar Airways.

Mais l'avionneur américain ne compte pas se laisser faire sans rien dire. De son côté, il travaille sur un 777x, version dotée des nouveaux moteurs, de nouvelles ailes utilisant massivement des matériaux composites. Boeing compte même taper encore plus fort que son rival européen: il travaille en parallèle sur une version rallongée du triple 7X, ce qui lui permettrait de concurrencer à la fois l'A350 et l'A380. Reste que ces annonces de Boeing ont provoqué un coup d'arrêt des ventes du 777 actuel, obligeant le géant américain à ralentir les cadences de production.

Mathieu Sevin, édité par N.G.